Covid de Donald Trump : les sorcières plaident coupable

  
Les sorcières américaines, membres du mouvement Wicca, ne cessent de lancer des sorts au président. Donald Trump en aurait-il été victime ? 

Par fanfaronnade, stratégie politique ou conviction sincère d’être invulnérable au virus, Donald Trump applique les mesures barrières et le port du masque avec toute la conviction et la rigueur d’un enfant de 4 ans. La surprise n’a donc pas vraiment été au rendez-vous quand on a appris que le président américain était positif au Covid-19 et que la Maison Blanche était devenue un cluster avec pas moins de 14 cas confirmés.

Mais pour d’autres, l’explication de cette épidémie serait à chercher ailleurs et plus précisément dans la très active communauté des sorcières aux Etats-Unis. Car, coincidence troublante, le résultat du test de Donald Trump a été annoncé le premier octobre, date de la lune des moissons, journée riche en symboles et en rituels pour la communauté Wicca, ce mouvement qui renoue avec le panthéisme et la magie.

13 000 «sorcières de la résistance» jettent régulièrement des sorts à des politiciens conservateurs

Dès l’annonce du covid présidentiel, de nombreuses adeptes de la néo-sorcellerie se sont emparées des réseaux sociaux pour revendiquer, sur un ton humoristique, cette contamination… Si dans ce cas précis, Donald Trump a tout fait pour ne pas avoir besoin d’un sortilège, il n’est guère étonnant que les sorcières américaines soient pointées du doigt.

Depuis le début de son mandat, avec sa politique guère portée sur l’écologie et le féminisme, deux thèmes essentiels pour cette communauté, le président hérisse le poil des néo-paganistes qui s’organisent : un groupe 13 000 «sorcières de la résistance» (Resistance Witches) jette régulièrement des sorts à des politiciens conservateurs et le font savoir.

Pam Grossman lors d'une interview sur YouTube avec son livre "Waking the witch", Réveiller une sorcière.
Pam Grossman lors d'une interview sur YouTube avec son livre "Waking the witch", Réveiller une sorcière. © YouTube

Le 1er octobre de l’année dernière, elles déjà avaient uni leurs forces pour lancer un sortilège contre Trump. Ou plutôt contre sa politique précise à Vice Pam Grossman, hôte d’un podcast très populaire sur la sorcellerie, The Witch Wave. Elle tient à distinguer les malédictions, visant à faire du mal à une personne, et les sortilèges, destinés à empêcher quelqu’un de faire du mal. «Si je devais imaginer le sort le plus puissant à lancer sur Donald Trump, source de tant de destructions, de discriminations et de discorde, ce serait de lui donner la capacité de ressentir tout le mal qu’il cause, dit-elle, il devrait vivre avec ça.»

En attendant de mettre au point ce grand sortilège, les sorcières ont d’autres tours dans leur sac. En particulier, leur carte d’électrice. Car les nombre des adeptes de le spiritualité Wicca, qui n’étaient que quelques milliers en 1990, dépasse désormais le million. Pas anodin en cas de scrutin serré. 

Par Paris Match