Des chercheurs découvrent que le jardinage est la réponse aux maux de la société

  
Le jardinage amateur résout tout. C’est la conclusion d’une étude de Princeton publiée dans la revue
Landscape and Urban Planning. Le communiqué de presse de l’étude note que le jardinage est « largement négligé par les décideurs politiques ». Eh bien, oui. Tout comme le tricot et la sieste.

L’étude a suivi le bien-être émotionnel de 370 habitants de Minneapolis-St. Paul à travers des activités communes comme la marche, le bus, le shopping et les repas au restaurant. Les chercheurs ont constaté qu’un tiers des personnes font du jardinage chez eux pendant 90 minutes par semaine en moyenne. Surprenant !

« Il est difficile de savoir qui jardine à la maison », déclare le premier auteur, Graham Ambrose, spécialiste des projets de recherche au sein du département de génie civil et environnemental de l’université de Princeton. « Beaucoup plus de gens jardinent que nous ne le pensons ».

Et oh combien ils sont heureux. Les jardiniers font état de niveaux de bonheur élevés, parmi le tiers supérieur de toutes les activités. Les jardiniers font également état de niveaux élevés d’accomplissement, en particulier pour le jardinage de légumes ! Les femmes et les jardiniers à faible revenu, qui ont souvent des difficultés dans la vie, font état d’un bien-être émotionnel très élevé ! Et les jardiniers solitaires sont tout aussi heureux que ceux qui jardinent avec des amis !

« Ces résultats suggèrent que, lors du choix des futurs projets de bien-être à financer, nous devrions accorder une attention toute particulière au jardinage », déclare M. Ambrose, qui souligne que le jardinage contribue à une ville vivable et à des initiatives en matière d’alimentation de qualité. Pourquoi dépenser de l’argent pour un centre de loisirs alors qu’un peu de terre et un transplantoir feront l’affaire ? Plantez.

Source: www.fastcompany.com