Election américaine : dans l'ombre de Trump et Biden, qui sont les autres candidats ?

  
Oubliés des plateaux télés, anonymes, cantonnés à 1% des voix dans les sondages... Une trentaine de candidats tentent d'exister aux côtés de Donald Trump et Joe Biden. Ils n'ont aucune chance d'être élus. Mais en cas d'égalité, ils pourraient bien faire pencher la balance. Portrait de trois de ces outsiders qui risquent de perturber la campagne.

Jo Jorgensen 

Aux Etats-Unis, il y a les démocrates, et les républicains. Mais pas que. Si le nom de «libertariens» ne vous dit rien, c'est normal : leur candidat oscille en général entre 0 et 2% à l'élection présidentielle. Et selon les sondages, Jo Jorgensen, la candidate de cette année, ne fera pas exception.

Décrite comme «audacieuse, intrépide et charismatique» par son site, cette universitaire de 63 ans a déjà fait campagne en 1996, en tant que colistière d'Harry Browne. Comme lui, elle défend l'idéologie libertarienne. Autrement dit : elle plaide pour le renforcement du libre-échange et des libertés individuelles.

Pour mettre en pratique ses principes, Jorgensen détaille sur son site tout un éventail de propositions. Elle souhaite par exemple mettre fin à la «sur-réglementation» des entreprises, qu'elle juge responsable du chômage. Elle milite également pour «laisser l'argent entre les mains des Américains», soit pour moins de dépenses publiques, et donc moins d'impôts. Enfin, cette spécialiste en psychologie veut faire de l'Amérique «une Suisse géante, armée et neutre», en rapatriant les troupes américaines basées au Moyen-Orient. 

Howie Hawkins 

Après avoir tenté trois fois de devenir gouverneur de New York - sans succès - Howie Hawkins brigue cette année la présidence. Ce syndicaliste de 67 ans est le candidat des Verts, un parti minoritaire créé en 1996. 

Hawkins, très engagé en faveur de l'environnement, milite pour l'unification de la classe laborieuse. Il défend donc sans surprise un programme écologiste et socialiste. 

Sa proposition la plus forte ? L'élaboration d'un Green New Deal, dont l'objectif serait de rendre le système énergétique entièrement renouvelable d'ici 2030. Parmi ses autres idées, on peut également citer la création d'une assurance-maladie pour tous les Américains et la légalisation du cannabis.

Kanye West 

C'est le candidat le plus inattendu. Le rappeur Kanye West, originaire de Chicago et mari de Kim Kardashian, a annoncé cet été se présenter aux élections. L'artiste très conservateur a ensuite tenu en juillet un meeting désordonné, où il a abordé la religion, l'avortement ou encore les violences policières. Ses crises de larmes, au beau milieu du discours, ont inquiété ses fans : West explique depuis des années être atteint de bipolarité. 

Il se présente sous les couleurs du «Birthday party». Pourquoi ? Parce que quand il aura remporté la présidentielle, «ce sera l'anniversaire de tout le monde» a-t-il assuré à Forbes. Le rappeur ne dispose pas encore de programme précis. Il s'est cependant positionné contre les vaccins et souhaite réintégrer «la peur et l'amour de Dieu» dans l'éducation.

Par CNEWS