Jeff Bezos l'homme le plus riche du monde ouvre sa première école maternelle aux États-Unis

 Jeff Bezos, patron d'Amazon.  
La première école financée par Jeff Bezos ouvre ses portes ce lundi matin à Des Moines, dans l’État de
Washington, près de Seattle. La «Bezos Academy» est gratuite et à est destinée en priorité aux enfants des familles modestes.

«Cette classe n’est que le commencement. (…) Celle-ci est la première des nombreuses écoles maternelles gratuites que nous allons ouvrir pour les enfants défavorisés. Bravo à l’équipe pour avoir trouvé comment faire aboutir ce projet, malgré le contexte du Covid-19», avait annoncé le patron d’Amazon sur son compte Instagram en septembre dernier, en partageant une photo de la salle de classe.

Elle va accueillir des enfants de 3 à 5 ans, cinq jours par semaine. Il s’agit d’une école d’inspiration «Montessori», un mode d’éducation qui prône l’autonomie de l’enfant à travers diverses activités, la liberté, et l’apprentissage par l’expérimentation, rapporte CNN.

La volonté de Jeff Bezos de créer des programmes éducatifs remonte à 2018, lorsqu’il a créé avec son ex-femme MacKenzie Scott, le «Bezos Day One Fund», un fonds caritatif doté de 2 milliards de dollars, pour favoriser l’accès au logement et à l’éducation des plus démunis.

Or ce nouveau projet possède aussi son lot de critiques, notamment sur le manque de coopération et de communication entre l’équipe de Jeff Bezos et la communauté locale. Elle avait notamment demandé au milliardaire de financer des programmes scolaires déjà existants dans la ville de Des Moines, mais qui, à cause de la crise du coronavirus, sont à deux doigts de fermer.

«Même s’il est formidable que Jeff Bezos veuille s’impliquer davantage dans ce domaine, il y a un système qui s’effondre. Nous essayons déjà de faire le tri dans ce contexte de pandémie de Covid-19. Ne serait-il pas plus logique d’essayer de renforcer le système actuel ?», s’interroge Joel Ryan, directeur du Programme d’Aide et d’Éducation de la petite enfance de l'État de Washington auprès de Forbes.

Selon une source proche du patron d’Amazon qui s’est exprimé dans le magazine américain, l’équipe de la Bezos Acadmy aurait pourtant bien rencontré les acteurs locaux, notamment le maire de la ville, des associations de protection de l’enfance et les institutions religieuses locales, avant de lancer le projet. Il aurait donc préféré fonder son propre système malgré les structures préexistantes.

Par CNEWS