La femme d'un ex-footballeur aurait engagé un tueur à gages pour assassiner son mari

 C'est après que l'ex-footballeur a demandé le divorce que sa femme, Yagmur Asik, aurait voulu le tuer. 
Une histoire digne d'un film hollywoodien. Yagmur Asik, épouse de l'ex-footballeur turc Emre Asik, est
accusée d'avoir voulu faire assassiner son mari, en proposant plus d'un million de dollars (environ 850.000 euros) à un tueur à gages.

Après avoir découvert que sa femme avait une liaison avec un autre homme, Emre Asik, international turc à 34 reprises entre 1993 et 2010, a demandé le divorce. C'est après cela que Yagmur Asik aurait échaufaudé un plan pour le tuer, révèle le journal turc Hürriyet.

Au procureur, l'amant de la jeune femme de 27 ans, Erdi Sungur, a affirmé qu'elle lui avait demandé de l'assassiner. «Mais j'ai refusé», a-t-il déclaré. «Elle ne pensait qu'à hériter de sa fortune après sa mort», a-t-il assuré. 

Malgré son refus, Yagmur Asik aurait voulu qu'il s'entraîne à tirer. «Une fois, elle m'a apporté un morceau de viande. Elle voulait que je tire sur la viande. J'ai essayé de tirer, mais j'ai loupé. 'Tu ne peux pas le faire', a-t-elle crié avec colère», a-t-il rapporté. 

Le plan aurait fuité

Erdi Sungur aurait alors présenté à son amante un tueur à gages ayant déjà purgé une peine de prison pour avoir assassiné trois personnes. Elle lui aurait donné l'argent, fourni une arme et essayé de trouver un moyen de se débarrasser du corps. Selon Erdi Sungur, elle envisageait de le donner à manger aux cochons. 

Mais le tueur à gages n'aurait finalement pas eu le courage de tuer Emre Asik et lui aurait même tout avoué. Mais selon l'ex-défenseur central, passé par les clubs de Galatasaray, Fenerbahçe et Besiktas et aujourd'hui âgé de 46 ans, c'est l'avocat de l'amant de sa femme qui l'aurait prévenu qu'on le tuerait «dans deux jours». 

Yagmur Asik et le tueur à gages ont été placés en garde à vue, puis libérés sous contrôle judiciaire dans l'attente de leur procès pour tentative de meurtre. Ils nient tous deux les faits. 

Par CNEWS