L'étonnant soutien du rappeur 50 Cent à Donald Trump

  
Le rappeur 50 Cent est à la Une du "New York Post", tabloïd pro-Trump, pour avoir affiché sur
les réseaux sociaux un surprenant soutien à Donald Trump. "Je ne veux pas être réduit à 20 cents", avait ironisé le rappeur, accusant Joe Biden de vouloir trop augmenter les impôts.

Donald Trump a reçu cette semaine un soutien pour le moins inattendu dans sa course à la réélection à la présidence des Etats-Unis : celui du rappeur 50 Cent. Alors qu'il regardait une analyse de la chaîne CNBC sur la politique fiscale proposée par Joe Biden, le rappeur s'est exclamé sur les réseaux sociaux Twitter et Instagram : "What the fuck, votez pour Trump. [...] Je m'en fiche que Trump n'aime pas les Noirs. 62%, t'as perdu l'esprit".

Avant d'enchaîner par un deuxième tweet : "Ouais, je ne veux pas devenir 20 cents. 62%, c'est une très, très, mauvaise idée. Je n'aime pas ça !"

Une déclaration choc en Une du New York Post 

La déclaration du rappeur, qui a enflammé la toile, a fait la Une mercredi du New York Post, tabloïd pro-Trump.

Le rappeur faisait référence à une mesure proposée par Joe Biden sur l'imposition des personnes gagnant plus de 400.000 dollars par an. Selon CNBC, le taux d'imposition proposé par Joe Biden pour les plus fortunés serait de 62% (hors déductions, crédits et autres compensations prévues) en Californie ou à New York, où le rappeur vit.

Découvrez le podcast Mister President par Europe 1 Studio

La politique américaine vous passionne ? Vous vous demandez encore comment Donald Trump a-t-il pu être élu ? Découvrez "Mister President par Europe 1 Studio", le podcast d'Olivier Duhamel. De Truman à Obama, de Kennedy à Clinton en passant par les Bush, père et fils… le politologue vous raconte l'incroyable histoire des élections présidentielles américaines depuis 1948.

Un revirement complet pour 50 Cent 

Il s'agit là d'un revirement notable pour 50 Cent, Curtis James Jackson III de son vrai nom, qui s'était moqué à de nombreuses reprises du président républicain par le passé.

"Ce mec est un cauchemar… Je n’arrive pas à croire qu’il ait dit cette connerie à voix haute", avait-il par exemple déclaré lorsque Donald Trump avait proposé de s'injecter du désinfectant contre le coronavirus. "Vous vouliez un animateur de téléréalité en tant que président. Eh bien, maintenant vous êtes sur Survivor", raillait-il encore en mars dernier. Entre le cauchemar et les impôts, il semble donc avoir choisi.

Par

Europe1