Pour gagner au loto à tous les coups, voici une méthode qui a déjà fait ses preuves

  
Gagner au loto à coup sûr ? Une idée qui a tout pour plaire. Mais entre vouloir et pouvoir, il y a parfois
un gouffre… sauf pour Stefan Mandel, un mathématicien roumain, qui a trouvé la solution pour décrocher le jackpot !

Statistiquement, vous avez plus de risques d’être frappé par la foudre, touché par un astéroïde ou de mourir en avion que de gagner au loto. En fait, pour n’importe quelle personne, il n’y a en moyenne qu’une chance sur 13 983 816 de gagner le gros lot au loto…

Une probabilité valable pour n’importe qui mais pas pour Stefan Mandel. Ce mathématicien roumain a déjà gagné au loto pas moins de 14 fois ! Une chance en série qui laisse un peu pantois, d’autant qu’elle est le fruit d’une méthode (vraiment) simple, que l’octogénaire a fini par révéler.

Sauver les siens de la misère

Né en Roumanie au sein d’une famille modeste, Stefan Mandel, jeune rescapé de la Shoah, travaillait comme mathématicien pour le consortium minier roumain quand il a décidé de sortir les siens de la misère.

Son maigre revenu (l’équivalent de 88 dollars par mois) ne lui permettant pas en effet de subvenir aux besoins de sa famille, ce jeune prodige des maths choisit alors de se tourner vers l’une de ses passions : la loterie.

Stefan Mandel. (Photo : capture Écran Youtube / @paulwherbert)

Un pari gagnant pour ce Roumain qui multipliera au fil des années les jackpots, en Roumanie, au Royaume-Uni et en Australie, jusqu’à contraindre certains pays à modifier les règles de leur loterie.

Une formule savamment réfléchie

Pour ce faire, le gagnant récidiviste a mis au point une stratégie assez simple : celle d’acheter… tous les billets pour proposer le maximum de combinaisons. Mais attention ! Cette méthode n’était pas appliquée n’importe comment par le mathématicien, comme le rapportait le journal britannique The Independent . L’homme suivait à chaque fois une formule bien précise…

Première étape : calculer le nombre total de combinaisons possibles. Pour une loterie dont la règle est par exemple de trouver six bons numéros entre 1 et 40, le nombre de combinaisons possibles s’élève à 3 838 380.

Deuxième étape : après avoir calculé le nombre de combinaisons possibles, Stefan Mandel s’attelait à trouver les loteries dont le jackpot était trois fois supérieur au nombre de combinaisons possibles. Une étape essentielle pour s’assurer de récupérer un montant intéressant par rapport à l’argent investi dans les tickets.

Troisième étape et non des moindres : investir la somme nécessaire, parfois à l’aide de complices, pour acheter une grille de loterie pour chacune des combinaisons possibles.

Quatrième étape : déposer les tickets de loto chez les distributeurs agréés.

Cinquième étape : toucher le jackpot !

Dans le cas d’un jackpot à 10 millions d’euros, dont le ticket coûte un euro, jouer chaque combinaison permettait ainsi, selon cette formule, et en mettant les taxes de côté, de gagner 6 161 620 € !

Quatorze jackpots

Malgré l’énorme investissement nécessaire au départ et la répartition des gains entre les différents partenaires potentiels, cette méthode a permis à Mandel de dégager des bénéfices substantiels. Ce n’est donc pas un hasard si ce dernier a réitéré l’opération pas moins de quatorze fois en Roumanie, au Royaume-Uni et en Australie.

De quoi éveiller l’attention de nombreuses autorités, à commencer par les Australiennes, qui ont fini par interdire ce stratagème, inquiètes de voir les gains successifs remportés par Stefan Mandel. Même combat aux États-Unis où de nouvelles lois rendent désormais impossible la formule de Mandel.

Pour les plus motivés, attention toutefois avec cette formule ! Non seulement elle est scrutée de près par les autorités, mais elle peut aussi s’avérer dévastatrice pour le compte en banque si la combinaison gagnante est également trouvée par une ou plusieurs autres joueurs.

Car dans ces cas-là, le jackpot est automatiquement divisé entre chacun des gagnants…

Julie-Solveig SAINT-GERMES

Par ouest-france