Vers une guerre froide Brésil - Etats-Unis si Joe Biden bat Donald Trump?

  
Admirateur déclaré de Donald Trump, Jair Bolsonaro a jugé "désastreu(ses)" les récentes menaces de Joe Biden vis-à-vis du Brésil.

Alors que Joe Biden bénéficie d'une avance sur Donald Trump dans les sondages dans la course à la présidentielle des Etats-Unis, les relations avec le Brésil pourraient bien connaître un coup de froid en cas de victoire du candidat démocrate ! Alors que le président d'extrême droite du Brésil Jair Bolsonaro est un fervent admirateur de son adversaire Donald Trump, les relations diplomatiques entre les deux géants risquent en effet de devenir mouvementées, le candidat démocrate ayant menacé la première économie d'Amérique latine de sanctions économiques à cause de la déforestation en Amazonie.

Surnommé le "Trump tropical", Bolsonaro est sorti de ses gonds la semaine dernière, jugeant "désastreux" les propos de Joe Biden, qui menacent selon lui "les relations cordiales" entre les deux pays. Il s'était pourtant montré disposé auparavant à adopter une attitude "pragmatique" en cas de victoire de M. Biden. Dès son arrivée au pouvoir, en janvier 2019, Jair Bolsonaro a rompu la tradition brésilienne de multilatéralisme pour nouer des liens de plus en plus étroits avec l'administration Trump.

Et quand le président républicain a été contaminé par le Covid-19, son homologue brésilien a souhaité qu'il soit "vite rétabli" pour que sa "campagne de réélection ne soit pas affectée". "Vous vaincrez et vous serez plus fort, pour le bien des Etats-Unis et du monde", a-t-il ajouté. Son fils Eduardo Bolsonaro avait été, quant à lui, fortement critiqué par des Démocrates américains après avoir partagé en juillet sur Twitter une vidéo pro-Trump.

Fin septembre, l'ambassadeur brésilien à Washington, Nestor Foster, a admis qu'une victoire de Joe Biden engendrerait "une redéfinition" des priorités de la diplomatie américaine. Mais il a assuré que le Brésil saurait gérer ce virage "avec un certain pragmatisme". "Nous sommes ouverts au dialogue, j'ai eu beaucoup de contacts avec des personnalités du Parti démocrate et nous y avons de bons amis", a affirmé l'ambassadeur dans un entretien au quotidien économique Valor. Les détracteurs du président Bolsonaro estiment que ce dernier agit en vassal de Trump, avec un soutien indéfectible sans vraie contrepartie. Ils pointent notamment les tergiversations de Washington dans le processus d'adhésion du pays sud-américain à l'OCDE.

Pour Matias Spektor, professeur de relations internationales à la Fondation Getulio Vargas (FGV), une victoire de Joe Biden lors du scrutin du 3 novembre sonnerait le glas du "tapis rouge pour Bolsonaro à la Maison Blanche". "Le Brésil aurait plus de mal à faire du commerce avec les Etats-Unis", son deuxième partenaire commercial, poursuit ce spécialiste. "Cela réduirait la marge de manoeuvre de Bolsonaro, en ce qui concerne l'environnement, mais aussi les droits de l'Homme", ajoute-t-il.

Cela ne signifie pas forcément que les relations entre les deux pays vont fortement se détériorer, les Etats-Unis ayant besoin de conserver un allié puissant dans la guerre commerciale contre la Chine. Et le Brésil exporte massivement son soja, sa viande et son minerai de fer vers le géant asiatique, qui est son premier partenaire commercial.

L'enjeu est d'autant plus considérable que le gouvernement brésilien doit organiser au premier semestre 2021 les appels d'offres pour le réseau 5G, avec le groupe chinois Huawei et les européens Ericsson et Nokia sur les rangs. L'ambassadeur des Etats-Unis à Brasilia, Todd Chapman, a déjà averti que le Brésil pourrait subir des "conséquences" s'il choisissait Huawei. "Biden et les démocrates critiquent le fort lobbying de Trump sur la 5G, mais ne sont pas contre une dépendance moins importante (du Brésil) vis-à-vis de la Chine", explique à l'AFP Jonathan Wood, analyste du cabinet Control Risks.

"C'est probable qu'une administration Biden conserve des idées de l'ère Trump, comme celle de faire du Brésil un allié préférentiel et stratégique en Amérique du Sud, y compris pour ce qui est de la concurrence avec la Chine", estime-t-il. Pour Matias Spektor, le Brésil est le seul pays sud-américain où les Etats-Unis ont une "opportunité réelle" de freiner l'influence de Pékin. "Même si l'image de Bolsonaro est négative en termes d'environnement et de droits de l'Homme, il y aura toujours des gens à Washington pour dire que le Brésil est le pays où on peut agir face à la Chine", conclut-il.

Par Capital