IATA: 2 milliards $ de pertes nettes pour les compagnies africaines en 2020, la saignée va se poursuivre en 2021

  
Selon l’IATA, les transporteurs africains afficheront une perte nette de $2 milliards en 2020 et $1,7 milliard en 2021. Les volumes de trafic de 2019 ne reviendront pas avant 4 ans. 4 transporteurs ont déjà suspendu leurs opérations, 2 autres se sont mis en redressement judiciaire.

Comme initialement prévu, l’année 2020 sera catastrophique pour les compagnies africaines. Cela se confirme avec les projections révisées de l’Association internationale du transport aérien (IATA), publiées le mardi 24 novembre. Celles-ci prévoient que les transporteurs du continent devraient enregistrer une perte nette de 2 milliards de dollars à l’issue de l’année en cours, la demande devant chuter de 72% et la capacité de 62,8% en glissement annuel.

En juin, elle tablait sur la même perte nette, mais avec une demande et une capacité respectivement en chute de 58,5% et 50,4%. La situation devrait un peu s’améliorer en 2021, mais les compagnies africaines resteront dans le rouge. L’IATA projette une perte nette de 1,7 milliard de dollars l’année prochaine. Le continent « devrait connaître une reprise tardive de ses performances financières », souligne l’Association qui déplore le timide soutien des gouvernements de la région.

Le mois dernier, l’IATA indiquait que les volumes de trafic de 2019 en Afrique ne reviendraient pas avant 2023. D’ici la fin 2020, le continent enregistrera seulement 45 millions de voyageurs contre 150 millions l’an dernier. 4 transporteurs africains ont déjà suspendu leurs opérations tandis que 02 autres se sont mis en redressement judiciaire.

A l’échelle internationale, l’IATA estime que les compagnies aériennes vont perdre 118,5 milliards de dollars cette année, soit 66 dollars par passager. En 2021, les pertes s’établiront à 38,7 milliards de dollars, au lieu des 15,8 milliards initialement prévus. 2021 devrait toutefois voir une amélioration significative de la situation, qui se matérialisera principalement au second semestre. L'IATA estime même que les compagnies devraient de nouveau avoir des opérations à l'équilibre au quatrième trimestre.

Romuald Ngueyap
Par Agence Ecofin