Le milliardaire Jeff Bezos réalise un 1er investissement dans une start-up active en Afrique

  
A travers sa société de capital investissement, Jeff Bezos, le milliardaire américain et patron

d’Amazon, a apporté un premier soutien financier à une start-up active en Afrique. Le bénéficiaire Chipper Cash offre des solutions de paiement, un segment complexe dans l'e-commerce africain.

Jeff Bezos (photo), le milliardaire américain et patron d'Amazon, la plus grande firme de distribution du monde, a réalisé un premier investissement au profit d'une start-up opérant en Afrique. Sa société de capital-risque, Bezos Expeditions, a participé à un cycle de financement qui a permis de mobiliser 30 millions $, au profit de Chipper Cash, une entreprise basée à San Francisco aux USA, mais qui est active dans plusieurs pays africains.

Cette ressource permettra à l'entreprise cofondée par le Ghanéen Maijid Moujaled et l'Ougandais Ham Serunjogi, d'atteindre une nouvelle étape de leur croissance sur le continent. Ils comptent s'implanter dans de nouveaux pays, mais aussi accroître leurs gammes de produits à la clientèle. « Nous allons demeurer une plate-forme de transfert financier P2P. Mais nos utilisateurs nous ont demandé d’offrir d’autres services à valeur ajoutée […] comme l’achat d’actifs de crypto-monnaie et les investissements en actions », a fait savoir Serunjogi.

Il n'est pas exclu que la présence de Jeff Bezos aux côtés de cette entreprise soit stratégique. Une des faiblesses du e-commerce en Afrique, et qui a fragilisé Jumia sur beaucoup de ses marchés africains, reste et demeure la sécurisation des paiements entre les acteurs économiques. Si Alibaba a réussi en Chine et Amazon aux Etats-Unis, c'est avant tout parce que les clients qu'ils servent utilisent en majorité la même monnaie. Or l'Afrique est très déconcentrée en matière de gestion monétaire, avec des régulations parfois opposées.

Chipper Cash ambitionne de s’étendre à de nouveaux pays, en plus du Ghana, l'Ouganda, le Kenya, la Tanzanie, le Rwanda, le Nigeria et l'Afrique du Sud, qui sont des marchés importants et matures.

L'intérêt pour les sociétés de paiement évoluant en Afrique n'est pas nouveau. Au mois d’août de cette année, Network International a acheté la start-up de paiements DPO, basée en Afrique de l'Est, pour 288 millions $. Quant à WorldRemit, elle a acquis la société de transfert de fonds centrée sur l'Afrique, Sendwave, pour 500 millions $, selon des données collectées par Ecofin.

Idriss Linge

Par Agence Ecofin