Les analystes du Crédit Suisse jugent le vaccin russe Spoutnik V

 Vaccin Spoutnik V (archive photo) 
D’après le rapport publié à la suite des négociations sur la troisième phase des essais cliniques du premier vaccin russe contre le Covid-19, le conglomérat financier Crédit Suisse l’a apprécié compte tenu de ses avantages comme l’utilisation de deux vecteurs adénoviraux différents, la durée de la protection et sa forme en poudre.

Des représentants du centre de microbiologie Gamaleïa, du Fonds d'investissements directs de Russie (RFPI) et une équipe d'analystes de l'un des plus grands conglomérats financiers suisses, le Crédit Suisse, ont mené des pourparlers sur la troisième phase des essais cliniques du vaccin russe Spoutnik V. L’agence Sputnik a obtenu la copie du rapport rédigé ensuite.

Selon les analystes du Crédit Suisse, l'approche du centre Gamaleïa pour développer le Spoutnik V est similaire à celle utilisée par J&J et CanSino: dans tous les cas les sociétés utilisent des vecteurs adénoviraux.

«Mais la principale différence avec le Spoutnik V réside dans le fait que deux vecteurs adénoviraux différents sont utilisés pour la première (rAd5) et la deuxième (rAd26) doses du vaccin. Apparemment, cela nous permet de surmonter les problèmes associés à la présence possible d'une immunité préexistante contre ces vecteurs humains», soulignent-ils.

Durée de la protection du vaccin

D’après le rapport, la durée de la protection contre le coronavirus ne peut pas être comparée à celle des vaccins antigrippaux, qui utilisent également des vecteurs adénoviraux et dont l'effet ne dure pas plus de trois à six mois.

«Selon les participants à la discussion, après la première injection l'effet de la vaccination est dix fois plus important, et après la seconde deux fois», notent les auteurs du rapport.

Sous forme de poudre

Les analystes ont également apprécié la forme lyophilisée du Spoutnik V, ce qui pourrait être un avantage lors de sa distribution dans des endroits difficiles d’accès, bien que cette forme nécessite plus de temps et de ressources que la production de vaccins stockés à basse température.

Le vaccin sous forme de poudre ne nécessite en revanche pas de conditions de stockage particulières pendant le transport.

Le premier au monde

Le premier vaccin contre le Covid-19 au monde, baptisé Spoutnik V, a été créé par le centre de microbiologie Gamaleïa et homologué en Russie en août. Il passe actuellement les essais post-homologation avec la participation de 40.000 volontaires dans plusieurs régions russes. Le 27 octobre, la Russie a soumis à l’OMS une demande de préqualification.

Par sputniknews.com