Un célèbre entraîneur de fitness meurt du coronavirus alors qu’il avait déclaré que le virus n’existait pas

 un-celebre-entraineur-de-fitness-meurt-du-coronavirus-alors-quil-avait-declare-que-le-virus-nexistait-pas 
Avec plus d’un million de décès de par le monde, le nouveau coronavirus ne cesse de faire des ravages. L’épidémie continue de se propager, faisant des victimes notamment chez les personnes âgées et celles présentant des problèmes de santé. Toutefois, les personnes saines n’en sont pas moins épargnées. Pour preuve, un coach de fitness qui ne croyait pas en l’existence du Covid-19 et d’apparence en bonne santé, a succombé au virus mortel.

Depuis que la vague épidémique du coronavirus a afflué sur le monde, de nombreuses personnes refusaient de croire au Covid-19 et demeuraient dans le déni. Mais ces réactions de dénégation peuvent parfois exposer les individus au risque accru de contamination. Et pour cause, ces derniers refusent de porter le masque et de respecter les distanciations physiques ainsi que toutes les mesures sanitaires. Mais lorsqu’ils voient leurs proches infectés gravement par le virus ou qu’ils sont eux-mêmes contaminés, ils changent forcément d’avis, mais parfois un peu tard. Ce fut le cas de Dmitry Stuzhuk, un célèbre entraîneur de fitness, dont le témoignage a été relayé par le journal Independent.

Il pensait que le Covid-19 était un canular

Lors d’un voyage en Turquie, le célèbre coach, âgé de 33 ans, a commencé un soir à avoir des difficultés respiratoires et a développé une toux le lendemain. A son retour en Ukraine, il a été testé positif. Dans son post Instagram, Dmitry a déclaré : « J’étais de ceux qui pensaient que Covid n’existait pas… jusqu’à ce que je sois malade ».

dmitry
Dmitry Stushuk avec son enfant. Source : Instagram

Le célèbre coach qui jouissait d’une bonne santé a averti les internautes dans son message Instagram, de prendre au sérieux la virulence du virus. Il a expliqué que ce qu’il pensait être un canular est en effet très réel. « Je veux partager comment je suis tombé malade et avertir fermement tout le monde », « Covid-19 n’est pas une maladie à vie courte, et il est lourd ». Et d’ajouter : « l’hôpital est complétement rempli de gens, certains d’entre eux étant traités dans les couloirs ». Il avait partagé des photos de son lit d’hôpital en affirmant que son état était stable.

dmitry1
Dmitry Stushuk à l’hôpital. Source : Instagram

Dmitry a ensuite reçu l’autorisation de quitter l’hôpital après huit jours d’hospitalisation. Mais son état s’est aggravé le lendemain et a dû être ramené à l’hôpital pour cause de complications cardiaques dont il avait souffert.

dmitry2
Dmitry Stushuk avec ses enfants. Source : Instagram

Après s’être battu contre le virus, il décède pour cause de complication cardiaque

Son ex-femme, Sofia, mannequin, a révélé que Dmitry était dans un état grave et inconscient et que son cœur avait lâché. « J’ai fait tout ce que j’ai pu pour que le père de mes trois enfants vive. Mais ça ne dépend pas de moi maintenant », a-t-elle déclaré.

Leur mariage avait duré six ans, et ils ont eu trois magnifiques enfants dont le plus jeune n’a que neuf mois.

dmitry3
Dmitry Stushuk, son ex-femme Sofia et leurs trois enfants. Source : Instagram

De leur mariage, le mannequin n’en garde que de précieux souvenirs. Ils étaient restés en bons terme après leur divorce, d’après Sofia. « Il ne reste que des souvenirs chaleureux, trois beaux enfants et une expérience précieuse. Dieu, c’est terrible de se rendre compte qu’il n’est plus avec nous », a-t-elle déclaré.

dmitry4
Son ex-femme Sofia et leurs trois enfants. Source : Instagram

Pourquoi certaines personnes vivent dans le déni du coronavirus ?

Selon Mark Whitmore, psychologue, « le déni est un moyen pour les gens de se défendre contre l’anxiété, en renforçant leur sentiment de sécurité ». Ce serait un moyen de réfuter l’existence d’une éventuelle menace. Selon le spécialiste, chaque personne, face à son stress et son anxiété, tente de gérer ses sentiments afin de faire face à une situation menaçante. Et pour la plupart, il s’agit de créer un mythe autour de la pandémie.

Par santeplusmag.com