Un naufrage au large des côtes libyennes fait au moins 74 morts

Ces deux derniers jours, le navire de l’ONG Open Arms a sauvé 200 personnes au cours de trois opérations. 
Cette année, au moins 900 personnes se sont noyées en Méditerranée en essayant d’atteindre les côtes européennes, selon l’Organisation internationale pour les migrations. Et plus de 11 000 autres ont été renvoyées en Libye.

Un naufrage au large de Khoms sur la côte libyenne a fait au moins 74 morts, a annoncé, jeudi 12 novembre, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) dans un communiqué. L’agence onusienne précise que 47 survivants ont été ramenés à terre par les gardes-côtes libyens et des pêcheurs. Pour l’heure, 31 corps ont été repêchés et « les recherches pour les autres victimes se poursuivent », ajoute l’agence.

Ces deux derniers jours, 19 personnes, dont deux enfants, se sont noyées après que deux bateaux ont chaviré, rapporte l’OIM, ajoutant que le navire de l’ONG Open Arms – le seul à opérer en Méditerranée centrale – a sauvé 200 personnes au cours de trois opérations.

Depuis le début de l’année, au moins 900 personnes se sont noyées en Méditerranée en essayant d’atteindre les côtes européennes, selon l’OIM.

Plus de 11 000 autres ont été renvoyées en Libye, « au risque de les exposer à des violations des droits de l’homme, à la détention, aux abus, au trafic [humain] et à l’exploitation », dénonce l’agence onusienne dans son communiqué.

Une insécurité persistante

Sur fond d’ingérences étrangères, la Libye est actuellement déchirée entre deux autorités rivales : le Gouvernement d’union nationale (GNA), basé dans l’Ouest à Tripoli et reconnu par l’ONU et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, homme fort de l’Est.

Après l’échec de l’offensive lancée par le maréchal Haftar en avril 2019 pour s’emparer de la capitale Tripoli, les combats ont cessé depuis juin 2020. Un cessez-le-feu permanent a été conclu en octobre et des pourparlers interlibyens se déroulent depuis lundi en Tunisie, sous l’égide de l’ONU, pour tenter de sortir la Libye d’une grave crise qui perdure.

Malgré une insécurité persistante depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, ce pays d’Afrique du Nord reste un important point de transit pour les migrants – en grande partie africains –, qui veulent coûte que coûte gagner l’Europe.

Les ONG rappellent régulièrement leur opposition à ce que les migrants arrêtés en mer soient ramenés en Libye en raison du chaos qui y sévit et dénoncent les conditions déplorables dans les centres de détention.

Par Le Monde avec AFP