Quand Elon Musk voulait vendre Tesla à Apple

 Quand Elon Musk voulait vendre Tesla à Apple 
Il y a quelques semaines, Elon Musk devenait le deuxième homme le plus riche du monde, devançant
Bill Gates. Une fortune en grande partie liée à l’évolution de Tesla en Bourse. Mais, le constructeur automobile fondé en 2003 a vécu des années difficiles et le destin aurait pu connaître une issue radicalement différente. C’est ce qu’a expliqué Elon Musk mardi soir sur Twitter. Alors que la rumeur d’une "Apple Car" s’offre un retour dans l’actualité, il a dévoilé que Tesla aurait pu appartenir à la marque à la pomme.

Sans donner de date précise, Elon Musk explique ainsi avoir contacté Tim Cook, le patron d'Apple. "Durant les pires heures du développement de la Model 3, j'ai contacté Tim Cook pour discuter de la possibilité pour Apple de racheter Tesla pour un dixième de sa valeur actuelle. Il a refusé le rendez-vous". Comme le souligne Les Echos, cela représenterait environ 60 milliards de dollars. S’il ne précise pas en quelle année a eu lieu la scène, les difficultés autour du Model 3 se sont notamment déroulées en 2016/2017.

>> A lire aussi - Tesla : l’Allemagne suspend le chantier de l’usine et réclame une caution !

En 2013 déjà, Elon Musk avait failli vendre Tesla. À l’époque, selon les informations du livre d’Ashlee Vance "Elon Musk : Tesla, SpaceX, et la quête d'un avenir fantastique", le patron de l’entreprise avait même trouvé un accord avec Larry Page, le co-fondateur de Google. À la clé, une vente à 6 milliards de dollars et la possibilité pour Elon Musk de rester à la tête de l’entreprise pendant huit ans. En raison des premiers succès rencontrés par la Model S, les négociations avaient été rompues. Comme le racontait Bloomberg à l’époque, Elon Musk "n'avait plus besoin d'un sauveur".

Lundi 21 décembre, Tesla a fait son entrée à l'indice S&P500. Avec une capitalisation de près de 660 milliards de dollars, c'est la plus grosse introduction jamais réalisée sur cet indice. En Bourse, l'entreprise pèse désormais plus que General Motors, Ford, Fiat-Chrysler, Toyota, Honda et Volkswagen cumulés.

Par  capital.fr