Une nouvelle forme du Covid-19 repérée en Afrique du Sud

Prétoria, Afrique du Sud 
Des chercheurs en génomique en Afrique du Sud ont découvert un nouveau type de coronavirus, appelé

501.V2, fait savoir le ministre sud-africain de la Santé.

Une nouvelle variante du Covid-19 a été identifiée par une équipe de scientifiques en génomique en Afrique du Sud, a indiqué le 18 décembre le ministre sud-africain de la Santé, Zweli Mkhize.

Une variante particulière baptisée 501.V2 a de plus en plus dominé les résultats des échantillons prélevés au cours des deux derniers mois, a ajouté le ministre, notant que des centaines d'échantillons provenant de tout le pays depuis le début de la pandémie en mars ont été séquencés par l'Institut d'innovation en recherche et de séquençage du Kwazulu-Natal (KRISP).

Propagation accélérée

Commentant ces résultats, l'épidémiologiste sud-africain, Salim Abdool Karim, a souligné que la deuxième vague du coronavirus que connaît actuellement le pays montre des signes précoces d'une propagation plus rapide que la première vague.

«Les données préliminaires suggèrent que le virus qui domine désormais dans la deuxième vague se propage plus rapidement que lors de la première vague. Il n'est pas clair si la deuxième vague a plus ou moins de décès, en d'autres termes, le degré de gravité est encore très incertain», a-t-il dit.

L'Afrique du Sud connaît depuis quelques semaines une forte hausse des infections au Covid-19. Un total de 8.725 cas positifs ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total des infections à plus de 900.000 cas.

Plus tôt dans la semaine, le Président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé de nouvelles restrictions visant à faire face à cette «hausse inquiétante» des nouveaux cas.

Il a souligné ainsi qu'une application plus stricte des restrictions du niveau 1 d'alerte à la pandémie sera observée dans tout le pays pendant la saison des fêtes et au-delà, notant que les mesures actuellement en vigueur concernant les rassemblements ne sont pas suffisantes pour empêcher les transmissions.

Par  sputniknews.com