Covid-19 : des experts demandent la distribution de vitamine D à grande échelle pour limiter les formes graves

 Coronavirus : 73 experts appellent à une distribution de vitamine D à grande échelle 
Pour prévenir et limiter les formes graves du Covid-19, 73 experts francophones et six sociétés savantes ont réclamé ce lundi dans une tribune une distribution de vitamine D en complément du vaccin et des gestes barrières.

De plus en plus d'études semblent le confirmer : la vitamine D aiderait à limiter les infections respiratoires et à prévenir les formes graves du Covid-19. Conclusions scientifiques à l'appui, 73 experts francophones et six sociétés savantes appellent, dans un communiqué publié le 18 janvier par le CHU d'Angers, à sa promotion massive en complément du vaccin ou des gestes barrières : l’Association française de lutte antirhumatismale, la Société française d’endocrinologie, la Société française de gériatrie et gérontologie, la Société française de pédiatrie, la Société française d’endocrinologie et diabétologie pédiatrique, la Société francophone de néphrologie dialyse et transplantation. 

La vitamine D permettrait de moduler la synthèse de certaines protéines, notamment, comme le notent les experts, "l’ACE2 (utilisé par le SARS-CoV-2 pour infecter les cellules hôtes). L'ACE2 a des effets protecteurs contre l'inflammation dans plusieurs organes, dont les poumons." Une protéine que l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) avait qualifié de "clé dans la physiologie du Covid-19, nécessaire à l’entrée du virus SARS-CoV-2 dans les cellules de l’hôte"

"Une mesure simple, sans danger, peu coûteuse"

L'appel précise bien que la vitamine D n'est pas un remède miracle, ni "une arme du même niveau que la vaccination ou les gestes barrière", mais bien "un adjuvant utile pour contribuer à prévenir l’infection par le SARS-CoV-2, mais aussi et surtout [pour réduire] le risque de formes graves de COVID-19, de passages en réanimation et de décès liés à ce virus"

Les experts appellent ainsi à distribuer de la vitamine D aux personnes contaminées "à forte dose, et ce dès le diagnostic de la Covid-19 posé" mais également à promouvoir "à grande échelle la supplémentation en vitamine D", aux vues des insuffisances "retrouvées chez 40 à 50 % de la population française et plus encore chez les personnes à risque de formes graves de Covid-19". Une mesure jugée "sans risque" si les doses sont adaptées, et qui de plus apparaît "simple, sans danger, peu coûteuse, remboursée par l’Assurance maladie"