Donald Trump : la piste écossaise pour ne pas assister à l'investiture de Joe Biden ?

  
Selon le «Sunday Post», un avion correspondant à celui qu'utilise Donald Trump pour se rendre en Écosse a prévu d'atterrir près d'un golf Trump le 19 janvier, à la veille de l'investiture de Joe Biden.

Donald Trump quitterait-il les États-Unis pour ne pas assister à l'investiture de Joe Biden ? C'est une possibilité, selon le «Sunday Post». Le journal écossais a révélé que l'atterrissage d'un Boeing 757 militaire, parfois utilisé par le président sortant, était prévu à l'aéroport de Prestwick, le 19 janvier. En novembre dernier, des avions américains ont effectué un vol de reconnaissance au-dessus de Turnberry, où se situe un club de golf de la Trump Organization, ouvrant les spéculations : Donald Trump pourrait avoir prévu un séjour en Écosse pour éviter d'assister à la prestation de serment de son ancien adversaire Joe Biden.

Interrogé fin novembre, trois semaines après l'annonce de la victoire de Joe Biden, Donald Trump avait refusé de dire s'il assisterait à l'investiture de son successeur, comme il est de tradition : «J'ai ma réponse mais je ne veux pas la donner pour l'instant. Il s'est passé une chose sans précédent, les gens sont peut-être passés à côté mais pas nous. Nous avons trouvé des centaines de milliers de votes... quand ils n'autorisent pas un scrutateur, qui est une personne sacrée dans notre pays et les gens ne savent pas ce qu'est un scrutateur, un scrutateur est considéré comme sacré dans notre pays, quand ils les font sortir des pièces.» Deux mois plus tard, à 15 jours de la prestation de serment de Joe Biden, Donald Trump crie toujours à la fraude électorale et n'admet toujours pas sa défaite, malgré le vote du collège électoral. Il avait promis de quitter la Maison-Blanche en cas de défaite au collège électoral, mais avait estimé que les grands électeurs «feraient une erreur» en cas de victoire du démocrate : «Cette élection était frauduleuse. Ça donne Biden battant Obama et les votes d'Obama dans les zones qui comptent le plus au niveau de l'élection, les États bascule. Et pourtant, il perd contre Obama partout. Mais il bat Obama dans les États bascule qui comptent en terme d'élection.»

L'installation à Mar-a-Lago compromise

La vie post-Maison-Blanche de la famille Trump est suspendue à ce déni. Melania Trump a déjà entamé des travaux à Mar-a-Lago et a visité une école pour leur fils Barron à Fort Lauderdale, mais leur installation dans la «Maison-Blanche d'hiver» est compromise : un contrat signé en 1993 stipule que le club ne peut être utilisé comme résidence principale. L'accord avait été passé pour accepter que Mar-a-Lago perde son statut de lieu résidentiel et devienne un établissement lucratif, bénéficiant ainsi d'une fiscalité avantageuse, les voisins des lieux avaient fait changer le statut de la propriété acquise par le milliardaire en 1985. Il en est de même pour le statut de propriété historique, qui empêche toute installation. «Pour éviter une situation embarrassante pour tout le monde et donner au président le temps de trouver une autre résidence dans la région, nous vous faisons confiance pour travailler avec son équipe pour leur rappeler les paramètres de l’accord. Palm Beach a de nombreuses résidences en vente, il peut certainement en trouver une qui réponde à ses besoins», a écrit Reginald Stambaugh, avocat de la famille DeMoss, des voisins de Mar-a-Lago, dans une lettre adressée à la mairie de Palm Beach et au Secret Service.

Ivanka Trump et Jared Kushner ont eux aussi prévu de s'installer, au moins partiellement, en Floride : ils ont acheté un terrain près de Miami et comptent diviser leur temps entre la Floride et le New Jersey, Etat d’où est originaire la famille Kushner. Ivanka Trump pourrait préparer la suite de sa carrière politique dans l'État et tenter de briguer un poste de sénatrice, possiblement dès 2022. Sa belle-sœur Lara Trump, l’épouse de son frère Eric qui s’est fortement impliquée dans la campagne de réélection, aurait elle porté son attention sur le poste de sénatrice de la Caroline du Nord, où elle a grandi.

Par Paris Match