La Norvège enquête après le décès de treize personnes qui ont reçu le vaccin

 Covid-19. La Norvège enquête après le décès de treize personnes qui ont reçu le vaccin 
L'Agence norvégienne du médicament aurait établi un lien entre les effets secondaires du vaccin et treize décès de patients âgés d'au moins 80 ans et présentant de nombreuses comorbidités.

En Norvège, l’Agence des médicaments a annoncé en fin de semaine dernière que la mort de treize personnes fragiles, et âgées d'au moins 80 ans, après une première injection pourrait être liée à des effets secondaires du vaccin. 

D’après les premières autopsies et analyses, les effets secondaires inoffensifs chez la plupart des vaccinés – comme l’allergie ou la fièvre,  effets secondaires courants des vaccins ARNm – auraient pu provoquer la mort de ces patients touchés par des pathologies sous-jacentes.

Nous ne sommes pas alarmés par cela

L’Institut norvégien de santé publique recommande donc désormais une évaluation approfondie des avantages et inconvénients de la vaccination chez les personnes les plus fragiles ou en fin de vie.

Cependant l'Agence des médicaments en Norvège se veut rassurante :  "Nous ne sommes pas alarmés par cela. Il est tout à fait clair que ces vaccins présentent très peu de risques, à l’exception minime des patients les plus fragiles", a déclaré un responsable de l’Agence des médicaments, Steinar Madsen, cité par la radiotélévision publique NRK.

"Ne pas modifier la politique de vaccination hautement bénéfique"

Ce lundi matin, sur RTL, le professeur Alain Fischer qui coordonne la stratégie vaccinale en France, a souligné que : "Les personnes décédées étaient extrêmement faibles, elles souffraient de comorbidités. Ce sont beaucoup d'éléments qui laissent à penser que le vaccin n'est pas impliqué."

Et d'ajouter : "En France, on suit cela de très très près, mais il faut remettre dans le contexte ces éléments et ne pas modifier la politique de vaccination hautement bénéfique."

Par Ch.O

Source: ledauphine.com