L’aéroport de Cancún pris d’assaut par les Québécois

 L’aéroport de Cancún pris d’assaut par les Québécois 
L’aéroport de Cancún, au Mexique, était bondé, samedi, à la veille de l’entrée en vigueur des nouvelles mesures imposées par Ottawa.

Un étudiant montréalais qui devait passer plusieurs semaines dans le condo de son père à Playa del Carmen a décidé de précipiter son retour au pays, comme le gouvernement Trudeau a annoncé qu’à partir de dimanche, et ce, jusqu’au 30 avril, tous les vols vers les Caraïbes et le Mexique seront suspendus.

Dans une série de courriels échangés avec l’Agence QMI samedi, alors qu’il se trouvait à l’aéroport de Cancún pour revenir à Montréal, le jeune de 21 ans, qui a souhaité demeurer anonyme, a indiqué que la file d’attente pour l’enregistrement était longue.

«J’ai parlé à quelques personnes dans la ligne qui se faisaient tester périodiquement ici pour avoir leur résultat négatif en main au moment de l’annonce des mesures pour pouvoir acheter leur billet rapidement», a-t-il témoigné.

Au départ, l’étudiant devait passer quatre à cinq semaines au Mexique et poursuivre ses cours, qui sont donnés exclusivement en ligne. Son séjour aura été deux fois moins long que souhaité.

Il ne croit pas que beaucoup de Québécois aient eu le temps de se munir d’un test, lequel est nécessaire depuis le début du mois pour monter à bord d'un vol à destination du Canada.

«Cependant, comme le premier ministre Trudeau a annoncé [vendredi] midi la nouvelle mesure, et qu'avoir un résultat de test COVID PCR prend de 24 à 72 heures, je pense que très peu de gens ont pu décider [vendredi] de quitter aujourd’hui, mais peut-être que quelques personnes ont réussi», a-t-il relaté.

L'étudiant a dit qu’il respectera la quarantaine obligatoire de 14 jours à la maison.

«Ce ne sera pas trop dur de respecter la quarantaine en revenant, puisque ma mère et ma sœur vivent chez moi, et pourront faire l’épicerie. En tant qu’étudiant, tout le nécessaire à notre session peut être dans notre quatre mètres carrés de chambre, donc ça devrait bien se passer, mais j’avoue que j’appréhende un peu d’avoir à rester à l’intérieur pour deux semaines complètes», a-t-il écrit.

Pendant son voyage, il a croisé des voyageurs européens «qui ont modifié le document PDF d’un résultat de test COVID pour changer les noms, pour n’avoir à payer qu’un seul test au lieu de plusieurs».

Quarantaine à l’hôtel  

Le jeune homme a aussi pris la décision d’écourter son voyage pour éviter d’avoir à demeurer à l’hôtel pendant au moins trois jours et de devoir payer des frais estimés à 2000 $, comme les voyageurs auront bientôt à le faire.

On ne connait pas encore la date d’entrée en vigueur de cette mesure.

Quant à la suspension des vols vers les destinations soleil, cette décision a été prise en vertu d’une entente entre le fédéral et les principaux transporteurs canadiens, comme Air Canada, Air Transat, WestJet et Sunwing.

Par journaldequebec.com