Le Soudan autorise la création d’une base navale russe en mer rouge

 Le Soudan autorise la création d’une base navale russe en mer rouge 
Il s'agira de la première base navale russe sur le continent africain. Moscou dispose déjà d'une base pour sa flotte en méditerranée, à Tartous en Syrie.

La Russie a finalisé un accord sur la création d'une base pour le ravitaillement de sa flotte au Soudan. La Russie établira, près de la ville de Port-Soudan, un "centre de support logistique" où pourront être assurées "des réparations, des opérations de ravitaillement et le repos de membres d'équipage" de la marine russe.

Golfe d'Aden, une position stratégique 

La base pourra abriter 300 militaires et civils ainsi que quatre navires dont des engins à propulsion nucléaire, ce qui renforcera le pouvoir d’action de la Russie dans l’Océan indien et le golfe d’Aden. Une position stratégique, sur la mer Rouge, face à l’Arabie saoudite. Près de 10% des marchandises commercialisées dans le monde passent dans ce carrefour d'échanges maritimes entre l’Europe et l’Asie.

La Russie possèdera le droit de transporter, durant 25 ans, via les ports et aéroports du Soudan "des armes, des munitions et des équipements" nécessaires pour le fonctionnement de cette base navale.
La Russie, qui amorce un retour géopolitique en Afrique, s'est rapprochée du Soudan à travers un accord militaire mais également autour d'un projet de centrale nucléaire civile.

Lors d'une visite en Russie fin 2017, l'ex-président Omar el-Béchir avait demandé au président Vladimir Poutine de "protéger" le Soudan des Etats-Unis et avait appelé à renforcer la coopération militaire avec Moscou en vue de "rééquiper ses forces armées".

Un revers pour Washington

En janvier 2019, en pleine crise politique au Soudan, le Kremlin avait reconnu que des instructeurs russes se trouvaient "déjà depuis un certain temps" aux côtés des forces gouvernementales soudanaises.
Un revers pour Washington, qui venait de tendre la main au Soudan en le retirant de la liste des pays soutenant le terrorisme suite au renversement d’Omar El-Béchir.
Cet accord illustre l'ambition géopolitique du Kremlin, en méditerranée et en Afrique. Avec une présence militaire (non officielle) en Libye et en Centrafrique. La Russie a également multiplié ses investissements en Guinée, au Nigeria et en Afrique du Sud, notamment. La Russie est aussi le plus grand fournisseur d’armes en Afrique, notamment en Algérie, en Égypte, en Angola.

Par franceinfo Afrique avec agences