L’euro recule, l’Italie et la lenteur de la campagne de vaccination inquiètent

 L’euro recule, l’Italie et la lenteur de la campagne de vaccination inquiètent 
Crise politique en Italie, plan de vaccination contre le Covid-19 poussif en Europe... L'euro est sous pression et pourrait continuer de glisser à court terme, selon les analystes.

L'euro est à la peine. La monnaie unique recule de 0,14% face au dollar, à 1,2138 dollar pour un euro. Peut-être un avant-goût d'un repli plus prononcé à court terme, selon certains intervenants... "Si la campagne de vaccination continue de décevoir, cela va continuer à peser sur l'euro", avertit Derek Halpenny, analyste chez MUFG. Les cambistes craignent que la lenteur des campagnes de vaccination par rapport aux États-Unis ou au Royaume-Uni conduisent les pays européens à garder des mesures de confinement plus longtemps, ce qui pèserait sur leurs économies.

"L'Italie représente un poids sur l'euro", a ajouté Stephen Innes, analyste chez Axi. L'Italie, troisième économie de la zone euro et principale bénéficiaire du plan de relance européen, se retrouve de nouveau dans la tourmente au lendemain de la décision de Matteo Renzi de sortir son parti de la coalition gouvernementale. Si le dollar montait face à l'euro, il reculait légèrement face au yen (-0,13% à 103,67 yens pour un dollar) au lendemain des annonces du futur président Joe Biden sur son plan de relance et d'une déclaration du président de la Banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell.

"Une grande partie de l'optimisme des marchés sur une nouvelle injection de liquidité dans l'économie avait déjà été intégrée dans les cours", a commenté Han Tan, analyste chez FXTM. Le président de la Fed a pour sa part "écarté les spéculations sur une possible baisse du programme de rachats d'actifs", ajoute M. Tan. Le programme massif de rachats d'actifs de la Fed, adopté pour doper l'économie américaine face à la pandémie de Covid-19, pèse sur le cours du dollar.

Par Capital