Tracy Chapman gagne 450 000 dollars dans un litige contre Nicki Minaj

 Tracy Chapman gagne 450 000 dollars dans un litige contre Nicki Minaj - Bénin Web TV 
Nicki Minaj a accepté de payer 450 000 dollars à Tracy Chapman pour un litige portant sur une violation des droits d’auteur.

La rappeuse Nicki Minaj avait été assignée en justice en 2018 par une auteur-compositrice-interprète américaine, Tracy Chapman.  C’est pour avoir utilisé un échantillon de la chanson “Baby Can I Hold You” de 1988 dans son morceau Sorry, une collaboration avec Nas qui n’a jamais été officiellement publiée mais qui a été diffusée sur la station de radio new-yorkaise Hot 97. Des documents judiciaires ont révélé qu’à la fin du mois dernier, un règlement à l’amiable a été conclu.

Minaj et ses représentants avaient demandé à Chapman d’utiliser un échantillon pour l’album Queen, mais leur demande a été rejetée. Chapman figurerait sur une liste d’artistes qui ne donnent pas les droits d’utilisation de leur travail.

“Je suis déchirée, aidez-moi tous“, a tweeté Minaj en 2018. Dans un tweet supprimé depuis, elle a aussi déclaré n’avoir “aucune idée” que la chanson avait été enregistrée par Chapman. Elle avait aussi ouvertement envisagé de retarder l’album pour attendre une réponse.

“Je suis heureuse que cette affaire ait été résolue et je suis reconnaissante de cette issue juridique qui affirme que les droits des artistes sont protégés par la loi et devraient être respectés par les autres artistes”, a déclaré Mme Chapman dans une déclaration. “Dans cette situation, on m’a demandé à de nombreuses reprises l’autorisation d’utiliser ma chanson ; à chaque fois, poliment et en temps voulu, j’ai dit non sans équivoque. Apparemment, Mme Minaj a choisi de ne pas entendre et a utilisé ma composition malgré mes intentions claires et expresses”.

Leur différend a soulevé des questions épineuses pour les musiciens et les entreprises qui les soutiennent : Les artistes peuvent-ils être tenus responsables de la violation des droits d’auteur pour les œuvres en cours de réalisation ? Les artistes ont-ils besoin d’une autorisation, même pour faire des expériences en studio ?

Par VOA Afrique