Covid-19: pour Emmanuel Macron, "il vaut mieux régionaliser" les mesures

Le président Emmanuel Macron (2e g) visite la ferme d'Etaules, le 23 février 2021 près de Dijon 
Après la mise en place d'un confinement local le week-end sur certaines zones des Alpes-Maritimes, le gouvernement pourrait appliquer cette stratégie à d'autres territoires.

Changement de stratégie pour l'exécutif? En déplacement en Côte-d'Or à la rencontre d'agriculteurs, le président français Emmanuel Macron a laissé entendre ce mardi que les prochaines mesures visant à limiter la propagation du Covid-19, seraient territorialisées, selon des informations de BFMTV. Dimanche, de premières restrictions locales ont ainsi été annoncées pour les Alpes-Maritimes.

"Compte tenu de la situation, il vaut mieux régionaliser", a déclaré Emmanuel Macron à des élus, tandis qu'une source au sein de l'exécutif nous explique: "il faut faire du cas par cas, en concertation pour l'instant".




Les Alpes-Maritimes avant Dunkerque?

L'idée serait donc d'appliquer de nouvelles mesures seulement dans les zones où la propagation du Covid-19 est particulièrement forte, et de résorber sa circulation par territoires, non pas avec des mesures nationales. Des restrictions qui pourraient s'appliquer au niveau d'une ville, d'une métropole ou encore d'un département.

Dimanche, le préfet des Alpes-Maritimes a annoncé plusieurs mesures spécifiques au département, comme un confinement le week-end dans 63 communes du littoral, une première en France métropolitaine. L'exécutif s'était en effet, jusque-là, refusé à appliquer des confinements locaux.

D'autres élus en France avaient auparavant déjà demandé un confinement au niveau local, comme en Moselle. Ce mardi, le Premier ministre a convenu avec le maire de Dunkerque (Nord), où le taux d'incidence explose, que des "mesures supplémentaires de freinage" devaient être prises pour la commune. Mais les élus locaux demandent pour l'heure "un dernier sursis" à l'exécutif avant un éventuel reconfinement.

Par Le Figaro