Emmanuel Macron se confie en privé : "Je ne veux pas être le président du 3e confinement"

 Emmanuel Macron se confie en privé : "Je ne veux pas être le président du 3e confinement" 
Emmanuel Macron veut tout faire pour éviter un troisième confinement national, quitte à ne mettre en place que des reconfinement locaux. D'après un éditorialiste de BFMTV, il ne veut pas être le président d'un nouveau confinement.

Pour les Français, l'éventualité d'un troisième confinement fait peur mais semble nécessaire. Il y a quelques semaines encore, tout le monde pensait que le président de la République allait l'annoncer, et pourtant, après maintes hésitations et contre l'avis du conseil scientifique, il a décidé de faire confiance aux Français et à leur vigilance. Plusieurs motifs étaient avancés pour expliquer cette étonnante décision comme l'aspect économique, mais en privé, c'est un tout autre discours, pas seulement sanitaire, que tiendrait Emmanuel Macron.

Tandis que ce sont des confinements locaux qui sont mis en place au compte-gouttes, les Français s'interrogent à propos d'un futur troisième confinement national. "Emmanuel Macron l'a confié à des proches à l'automne dernier, il ne veut pas être le président du 3e confinement," a rapporté Matthieu Croissandeau, éditorialiste politique à BFMTV, ce mardi 23 février, pour expliquer les décisions locales du chef de l'Etat.

Une décision politique ?

On pourrait évidemment s'interroger sur l'essence même de ces décisions. Celui qui était surnommé "petite encyclopédie" à l'école primaire veut-il préserver la santé mentale des Français, déjà marqués par les précédents confinements et l'actuel couvre-feu mis en place depuis le mois de décembre ? Ou alors penserait-il également à la présidentielle de 2022 ? En effet, Emmanuel Macron souhaiterait que les Français intègrent le fait de "vivre avec" le coronavirus et que celui-ci ne soit plus un sujet.

C'est d'ailleurs pour cela qu'il veut que cessent les points hebdomadaires (souvent les jeudis) concernant la crise sanitaire. À quatorze mois de la présidentielle, l'époux de Brigitte Macron a bien conscience qu'il n'a plus le droit à l'erreur s'il veut pouvoir rêver à un second mandat à l'Elysée

Par  Gala.fr