Coronavirus : l'efficacité du vaccin Pfizer, à trois mois et à neuf mois, étudiée par des chercheurs lillois

  
La Voix du Nord détaille la méthode de cette étude, dont les données permettront d'avancer sur les questions de revaccination des personnes à risque l'hiver prochain. 

L'efficacité de Pfizer mesurée. Sous la responsabilité de chercheurs de Lille, dans le Nord, une étude baptisée "Monitocov Aging" sur le thème de la vaccination et des personnes âgées, a été labellisée "priorité nationale de recherche" en février, selon La Voix du Nordqui consacre un article à ces recherches dans son édition de mercredi. D'après le quotidien, ces chercheurs sont les premiers, et les seuls, en France à évaluer l'efficacité de ce vaccin contre le Covid-19, né de la collaboration de Pfizer et BioNTech, sur un public fragile à trois mois et à neuf mois après injection.

Des données utiles pour l'hiver prochain

Dans le détail, deux groupes de 125 personnes vont être étudiés : l'un constitué de résidents d'un Ehpad de la ville, l'autre de soignants volontaires du CHU de Lille, âgés de 18 à 65 ans. Grâce à des prises de sang réalisées à différents stades - avant la vaccination, puis trois mois après cette dernière et enfin neuf mois après l'injection - les chercheurs souhaitent observer l'évolution des anticorps chez les sujets.

L'objectif est de mesurer l'efficacité de la réponse immunitaire sur un public fragile, et/ou atteint de comorbidités, à différentes périodes après l'inoculation du vaccin, précise le média nordiste. Les données recueillies, attendues fin juin et fin octobre, permettront notamment de s'interroger sur la nécessité, ou non, de vacciner une nouvelle fois la population à risque l'hiver prochain.

Mathilde Durand

Par lejdd.fr