Covid-19 : l'aspirine à faible dose réduirait le risque des patients d'être admis en soins intensifs

  
Les chercheurs ont découvert que de faibles doses d’aspirine pourraient réduire de plus de 40% la probabilité d'avoir besoin d'un ventilateur en cas de contamination au nouveau coronavirus.

L’aspirine peut-elle être une solution contre le Covid-19 ? Selon une étude, une faible dose d’aspirine permettrait de réduire le risque des patients d’être admis dans une unité de soins intensifs ou de mourir. Cette recherche a porté sur plus de 400 patients hospitalisés entre mars et juillet 2020 dont environ 25% ont reçu de l'aspirine lors de leur admission ou juste avant leur admission.

Résultats ? Les personnes ayant reçu le médicament étaient 43% moins susceptibles d'être admises dans une unité de soins intensifs. De plus, 44% étaient moins susceptibles d'avoir besoin de ventilateur et 47% moins susceptibles de mourir à cause du virus à l'hôpital. Les chercheurs pensent que la capacité de l'aspirine à prévenir la coagulation sanguine peut être bénéfique pour les patients qui ont souvent subi des blocages dans les artères.

"La raison pour laquelle nous avons commencé à examiner l'aspirine et Covid est que, au printemps, nous avons tous réalisé que tous ces patients ont commencé à avoir beaucoup de complications thrombotiques, ou beaucoup de caillots sanguins qui se sont formés dans tout leur corps", a détaillé le Dr Jonathan Chow, professeur adjoint d'anesthésiologie et de médecine de soins intensifs à la George Washington School of Medicine and Health Sciences, interrogé par CNN. Avant de compléter : "C'est pourquoi nous avons pensé que l'utilisation d'un agent antiplaquettaire ou d'un anticoagulant, comme l'aspirine, pourrait être utile dans Covid-19". Les conclusions ont été publiées dans la revue Anesthesia & Analgesia.

"L'utilisation d'aspirine peut être associée à de meilleurs résultats chez les patients hospitalisés à cause du Covid-19. Cependant, un essai contrôlé randomisé suffisamment puissant est nécessaire pour évaluer s'il existe une relation de cause à effet entre l'utilisation d'aspirine et la réduction des lésions pulmonaires et de la mortalité chez les patients COVID-19", ont conclu les auteurs.

 Johanna Amselem

Par