Nouvelle arrestation de l'opposante béninoise Rekiath Madougou

 Nouvelle arrestation de l'opposante béninoise Rekiath Madougou 
L’opposante béninoise Rekiath Madougou, dont la candidature à l'élection présidentielle du 11 avril avait été rejetée, a été interpellée mercredi soir et est poursuivie pour association de malfaiteurs et terrorisme, ont indiqué jeudi à l'AFP son avocat et des membres de son parti.

"Mme Madougou est arrivée jeudi matin à la CRIET (Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme) où elle sera présentée au procureur spécial", a déclaré Me Renaud Agtbodjo. "Elle est poursuivie pour association de malfaiteurs et terrorisme" par cette cour spéciale, décriée comme étant un instrument judiciaire pour museler l'opposition, a-t-il ajouté.

"Notre voiture a été bloquée par les forces de l'ordre", avait indiqué Joël Aïvo, un autre candidat de l’opposition recalé pour l'élection présidentielle et présent lors de l'arrestation de Mme Madougou.

"Quatre agents des forces de l'ordre se sont emparé de notre voiture avec Mme Madougou, maintenue de force à bord et emportée", a-t-il relaté mercredi soir sur les réseaux sociaux.

Une source policière a aussi confirmé à l’AFP que Mme Madougou avait était gardée à la brigade économique et financière pour la nuit.

Rekiath Madougou dans un orphelinat de Porto-Novo, Bénin, à 30 km à l'est de Cotonou, 16 février 2009. A l'époque, elle était ministre de la microfinance. (archives)
Rekiath Madougou dans un orphelinat de Porto-Novo, Bénin, à 30 km à l'est de Cotonou, 16 février 2009. A l'époque, elle était ministre de la microfinance. (archives)

Quelques minutes avant son arrestation, la chef de file du Parti Les Démocrates, proche de l'ancien président Boni Yayi, avait pris part à une réunion politique au cours de laquelle elle dénonçait les pratiques du régime de Patrice Talon.

"Nous ne reculerons pas quelles que soient les intimidations, les obstacles et les brimades", avait également soutenu Joël Aïvo.

Mardi, deux militants du même parti que Mme Madougou ont été incarcérés, tous deux également inculpés pour "association de malfaiteurs et terrorisme", ont indiqué à l’AFP leur avocat et une source judiciaire.

"Bio Dramane Tidjani et Mamadou Tidjani sont des otages politiques", avait alors déclaré Mme Madougou, dont la candidature à la présidentielle du 11 avril a été refusée car elle n’a pas obtenu les seize parrainages d’élus nécessaires pour participer au scrutin.

Proche de l’ancien président Boni Yayi, principal adversaire du chef de l’Etat Patrice Talon dont elle a été plusieurs fois ministres, Mme Madougou a été aussi Conseiller spécial du président togolais.

Par ailleurs, Sébastien Ajavon, important opposant du régime arrivé troisième au dernier scrutin présidentiel, et qui avait déjà été condamné en 2018 à vingt ans de prison pour trafic de drogue, a été à nouveau condamné lundi par contumace à une deuxième peine de cinq de prison ferme pour "faux, usage de faux et escroquerie".

Il vit actuellement en exil en France comme la grande majorité des opposants de poids.

Au moment de son élection en 2016, M. Talon avait affirmé vouloir faire un mandat unique, avant de se rétracter et d'annoncer sa candidature mi-janvier.

Il est accusé d'avoir amorcé un tournant autoritaire dans un pays réputé pour être un exemple de démocratie en Afrique de l'Ouest.

Par VOA Afrique