La France se dit contre "un plan de succession" à la présidence tchadienne

 La France se dit contre "un plan de succession" à la présidence tchadienne 
"Je suis pour une transition démocratique, pacifique, inclusive, je ne suis pas pour un plan de succession", a dit Emmanuel Macron.

Le président français Emmanuel Macron a condamné mardi "avec la plus grande fermeté la répression" au Tchad, où au moins deux personnes ont été tuées mardi dans des manifestations contre la junte militaire qui a pris le pouvoir après la mort du président Idriss Déby.

"J'ai apporté mon soutien à l'intégrité et la stabilité du Tchad très clairement à N'Djamena, je suis pour une transition démocratique, pacifique, inclusive, je ne suis pas pour un plan de succession. Et la France ne sera jamais aux côtés de celles et ceux qui forment ce projet", a dit M. Macron.

La veille, la junte avait annoncé la nomination d'un Premier ministre en la personne de Albert Pahimi Padacké, qui avait déjà occupé ce poste sous le défunt président.

Les manifestations de mardi ont fait deux morts selon le gouvernement, mais des publications sur les réseaux sociaux font état d'au moins une dizaine de pertes en vies humaines.

Par VOA Afrique