La Russie contre-attaque et lance une enquête pour abus de position dominante contre YouTube

 YouTube ciblé par les autorités russes 
La Russie n'est pas satisfaite de la régulation mise en place par Google, notamment sur sa plate-forme YouTube. L'Agence fédérale anti-monopole (FAS) a lancé une enquête estimant que le géant américain abusait de sa «position dominante».

«Les règles de création, de suspension et de blocage de comptes YouTube et des requêtes des utilisateurs sont opaques, non objectives et imprévisibles», reprochent les autorités russes. Cette accusation intervient alors que les soutiens de l'opposant Alexeï Navalny utilisent la plate-forme pour diffuser des messages contre le Kremlin ou encore des appels à manifester. Les vidéos du dissident comptent d'ailleurs plusieurs millions de vues. 

Ces derniers jours, les autorités auraient d'ailleurs envoyé des demandes à Google pour supprimer une récente vidéo sur le compte d'Alexeï Navalny. C'est la porte-parole du militant qui a expliqué ce 20 avril avoir reçu un message de YouTube l'informant de cela.

Donald Trump et Russie, même combat ? 

Les autorités russes semblent critiquer une forme de censure menée par Google, qui fonctionnerait à deux vitesses. Alors que leurs demandes pour limiter la parole d'Alexeï Navalny ne semblent pas être entendues, certaines vidéos pro-Kremlin ont, quant à elles, subi des restrictions. Des documentaires, dont un sur la Seconde guerre mondiale, ont été ciblés comme potentiellement inappropriés. Selon la FAS, cette différence de traitement peut «nuire aux intérêts des utilisateurs et limiter la concurrence». 

Ce n'est pas la première fois ces derniers mois que les géants des réseaux sociaux sont accusés de censure. Aux Etats-Unis, peu après l'invasion du Capitole en janvier 2021, Donald Trump a vu ses comptes suspendus sur une majorité de ces applications et sites internet, de Twitter à YouTube en passant par Facebook. Reste à savoir quelles pourraient être les conséquences pour ces entreprises. 

Par CNEWS avec AFP