La Turquie bannit les paiements en bitcoin et en cryptomonnaies

  
Une décision à contre-courant de l'Histoire ? La banque centrale (CRBT) turque a banni les paiements en bitcoin et en cryptomonnaies, estimant ce genre de transactions «risquées». La loi doit entrer en vigueur le 30 avril prochain.

«Les fournisseurs de services de paiement ne pourront pas développer des modèles dans lesquels les cryptomonnaies sont utilisées directement ou indirectement comme moyen de paiement, et ne pourront pas fournir de tels services», a écrit la CRBT dans un communiqué. Les cryptomonnaies «ne sont sujettes à aucune régulation ou mécanismes de supervision ou autorité centrale de régulation», ajoute la CRBT, évoquant de possibles dommages «irréparables» en l'absence d'une telle interdiction. 

Parmi ces risques, la CRBT évoque principalement le fait que les cryptomonnaies pourraient «éroder la confiance dans les méthodes et instruments utilisés actuellement pour les paiements».

Le bitcoin, refuge face à la dévaluation de la monnaie

Cette décision intervient alors que la chute de la monnaie locale, la Lire turque, a suscité un engouement sans précédent en Turquie pour le bitcoin et les autres cryptomonnaies. Ces dernières apparaissaient jusqu'à présent, dans ce contexte, comme des refuges face à l'hyperinflation qui rend les biens de consommation courants trops chers pour une majorité de la population. 

Un tel phénomène avait déja été observé dans d'autres pays soumis à une inflation galopante, comme le Venezuela ou l'Argentine. Car alors que les monnaies locales de ces pays se dépreciaient, faisant perdre leurs économies à des millions de personnes, les cryptomonnaies n'ont cessé de gagner en valeur depuis l'invention du bitcoin en 2009. 

Et l'une des raisons avancées par la banque centrale turque pour interdire les paiements crypto, à savoir le fait que le bitcoin et les cryptomonnaies ne sont pas soumises à l'autorité d'une entité centrale, constitue justement leur principal attrait, puisque leur cours comme leur utilisation ne dépend que de leurs usager, et non d'un organe extérieur.

La décision de la Turquie a été suivie d'une légère baisse du cours du Bitcoin, qui après avoir atteint son plus haut niveau historique jeudi à environ 64.000 dollars est retombé autour de 60.000 dollars. Pour rappel, un bitcoin valait en mars 2020 seulement 3.000 dollars.

Par Mattis Meichler - CNEWS