Comment fonctionnent les « bulles de voyage », qui permettent de se déplacer malgré le Covid-19?

 
Une « bulle de voyage » a ouvert entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Presque tous les résidents de ces deux pays peuvent désormais se déplacer librement entre ces États, malgré le Covid-19. Voici comment cela fonctionne.

« Pour la première fois depuis un an, les Australiens peuvent dépoussiérer leurs passeports et se déplacer à l’étranger », se félicite Lorie Argus, une cadre de l’aéroport de Melbourne, en Australie, au micro de la chaîne de télévision américaine CNN

Elle évoque la « bulle de voyage » qui a été mise en place entre l’île-continent et la Nouvelle-Zélande, lundi 19 avril 2021. Malgré la pandémie de Covid-19 les Néo-Zélandais peuvent désormais se rendre librement en Australie, et vice versa.

Qu’est-ce qu’une bulle de voyage ?

Une « bulle de voyage », c’est un accord passé entre plusieurs pays pour faciliter les déplacements de leurs ressortissants d’un État à l’autre, malgré la crise sanitaire.

Comment fonctionne celle mise en place entre Australie et Nouvelle-Zélande ?

L’idée forte de cette « bulle », c’est que les voyageurs peuvent entre les deux pays sans se placer en quarantaine à leur arrivée à l’aéroport. Il faut toutefois respecter certaines conditions, comme le fait de ne pas présenter de symptômes du coronavirus, note la ABC, la radiotélévision australienne.

Mais attention, l’existence de la « bulle » est conditionnée au faible nombre de cas de coronavirus dans les deux pays. Ainsi, vendredi, la Nouvelle-Zélande a suspendu les vols aériens au départ à l’arrivée de l’État d’Australie-Occidentale. Les autorités sanitaires ont recensé de nouvelles infections dans la ville de Perth, qui se reconfine pour trois jours, rapporte encore la ABC.

Pourquoi les deux pays ont-ils mis en place cette « bulle » ?

Plusieurs raisons expliquent l’entrée en vigueur de cette mesure. D’abord, les échanges entre ces deux pays sont très nombreux. Un exemple : environ 600 000 Néo-Zélandais résident en Australie, et quelque 60 000 Australiens vivent en N

er à des sites restreints, assurez-vous d'avoir cet outilTheTopFiveVPN

En effet, l’Australie comme la Nouvelle-Zélande limitent fortement les entrées sur leurs territoires respectifs. « Les frontières extérieures de l’Australie demeurent fermées jusqu’à nouvel ordre, pour les voyageurs en provenance de l’étranger, sauf pour les citoyens australiens, les résidents permanents et leurs conjoints et les voyageurs en transit », note le ministère des Affaires étrangères français. Et « depuis le 19 mars 2020, tous les ressortissants étrangers se voient refuser l’entrée en Nouvelle-Zélande », sauf les résidents permanents, leur famille, ou les diplomates, entre autres dérogations, toujours selon le ministère.

Ces mesures sont toujours en vigueur pour les citoyens de pays extérieurs à la « bulle ».

Jusqu’à présent, les Néo-Zélandais pouvaient se rendre dans certains États australiens sans se placer en quarantaine à leur arrivée, mais les passagers en provenance de l’île-continent devaient obligatoirement s’isoler quatorze jours à leur arrivée en Nouvelle-Zélande, indique le quotidien australien The Sydney ouvelle-Zélande, selon l’agence de presse Reuters.

À l’intérieur de l’aéroport de Sydney, en Australie, lundi 19 avril. (Photo : Mick Tsikas / EPA-EFE)

Il s’agit également de redynamiser les économies des deux pays, et en particulier le secteur du tourisme, indiquent les Premiers ministres australien et néo-zélandais dans un communiqué commun.

Faut-il s’attendre à voir apparaître de nouvelles « bulles de voyage » ?

Difficile de tenir le compte de tous les projets de « bulles de voyage » actuellement en pourparlers, dans le monde. Ainsi, les autorités américaines et britanniques seraient discussion pour mettre en place une telle mesure, indique l’agence de presse Bloomberg. Il est aussi question d’instaurer une « bulle » entre le Royaume-Uni et Israël, selon l’agence Reuters. Mais ces accords s’appuieraient plutôt sur la vaccination, bien avancée dans ces différents pays.

Cette année, une « bulle » a été mise en place entre Taïwan et la république des Palaos, archipel situé en Océanie, au début du mois d’avril. Celle-ci est toutefois conditionnée à des tests de dépistage négatifs, souligne l’agence de presse Associated Press.