Du sucre et du sel parmi les ingrédients des vaccins contre la COVID-19

 Du sucre et du sel parmi les ingrédients des vaccins contre la COVID-19 | Coronavirus 
Saviez-vous que les vaccins de Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson contiennent moins d’une douzaine d'ingrédients et qu'une bonne partie d'entre eux se trouve dans notre alimentation quotidienne? 

Chaque vaccin compte un ingrédient actif et des ingrédients non actifs, comme des lipides, des sels, du sucre, des émulsifiants et des agents de conservation.

Les vaccins contiennent environ 0,5 millilitre de liquide, et une bonne partie est de l'eau (pour diluer un vaccin à la concentration voulue). Les ingrédients non actifs pèsent seulement quelques milligrammes (1/1000 de gramme).

Les ingrédients actifs pèsent quant à eux seulement quelques microgrammes (1/1 000 000 de gramme). En fait, une cuillère à thé contiendrait suffisamment d'ingrédients actifs pour des centaines de milliers de doses.


Ingrédient Type
ARNmIngrédient actif
ALC-0315 = bis(2-hexyldécanoate) de ((4-hydroxybutyl)azanediyl)bis(hexane-6,1-diyle)Lipides
ALC-0159 = 2-[(polyéthylèneglycol)-2000]-N,N-ditétradécylacétamideLipides
1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholineLipides
cholestérolLipides
phosphate dibasique de sodium dihydratéSels
phosphate monobasique de potassiumSels
chlorure de potassiumSels
chlorure de sodiumSels
saccharoseSucre


Les ingrédients non actifs

L’Organisation mondiale de la santé (OMS

) précise que plusieurs des ingrédients non actifs dans ces vaccins sont présents dans des vaccins déjà utilisés depuis des décennies.

De plus, même si, par leur nom, ces substances peuvent sembler complexes et inconnues, plusieurs d'entre elles se trouvent naturellement dans le corps humain, rappelle le Vaccine Knowledge Project de l'Université d'Oxford.

Il faut noter que les quatre vaccins qui ont reçu l'approbation de Santé Canada, soit Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson, ne contiennent pas d'œufs, ni de latex, ni de cellules ou de tissus dérivés d’humains ou d’animaux.

Stabilisateurs

Parmi ces ingrédients non actifs, on trouve des stabilisateurs qui empêchent des réactions chimiques de se produire à l'intérieur du vaccin et empêchent les composants du vaccin de se fixer sur le flacon de vaccin.

Un de ces stabilisateurs est le sucrose – le même sucre que vous ajoutez dans votre café le matin. Il empêche les molécules de perdre leur forme pendant la production et la congélation du vaccin.

Comme le sucre, le sel ne sert pas juste à cuisiner, il sert aussi à la production de vaccins. Dans les vaccins, les sels (chlorure de sodium, chlorure de magnésium hexahydraté) aident à équilibrer toute acidité dans la solution, la rendant plus stable pour l'entreposage et le transport. L'un est du sel de table, l'autre est un additif qui aide notamment à faire coaguler le lait de soja en tofu.

Dans le vaccin d’AstraZeneca, les acides aminés (l-histidine) sont utilisés pour stabiliser le vaccin. Normalement, dans le corps, les acides aminés comme la l-histidine sont indispensables pour la croissance et la réparation des tissus.

Parmi les acides, il y a :

  • l’acide citrique monohydrate (une substance qui se trouve dans les agrumes notamment);

  • l’acide acétique (le vinaigre en est une forme diluée).

La trométhamine et le chlorhydrate de trométhamine permettent de stabiliser l’acide.

Certains vaccins contiennent également des adjuvants pour améliorer la réponse immunitaire au vaccin. Un exemple est le phosphate de potassium, un élément qui se trouve régulièrement dans des aliments et des boissons.

Lipides

On en trouve seulement dans les vaccins à base d’ARNm (soit Moderna et Pfizer).

Les lipides aident à protéger l’ARN et créent une enveloppe visqueuse qui aide l’ARN à se glisser dans les cellules. Sans protection, l’ARN serait détruit avant même de pouvoir entrer dans les cellules. Ces lipides sont fragiles et sont la raison pour laquelle les vaccins de Pfizer et de Moderna doivent être gardés à de basses températures.

Les deux compagnies utilisent des lipides différents et cela explique en partie pourquoi les deux vaccins doivent être gardés à des températures différentes. Parmi les lipides que l'on trouve dans les vaccins :

  • ALC-0315 = bis(2-hexyldécanoate) de ((4-hydroxybutyl)azanediyl)bis(hexane-6,1-diyle)

  • ALC-0159 = 2-[(polyéthylèneglycol)-2000]-N,N-ditétradécylacétamide

  • 1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine

  • cholestérol

  • lipide SM-102

  • polyéthylène glycol (PEG)-2000 DMG

Le polyéthylène glycol ou PEG est utilisé dans plusieurs autres vaccins, ainsi que dans des produits cosmétiques (comme épaississant ou gélifiant) et certains aliments. Lorsqu’il est utilisé en haute concentration, il peut être utilisé comme un laxatif.

Émulsifiants

Puisque certains vaccins contiennent des lipides et de l'eau (deux ingrédients qui ne se mélangent pas facilement), on ajoute parfois un émulsifiant (polysorbate 80). C’est un peu comme ajouter du jus de citron à une recette de mayonnaise.

Le polysorbate 80 est utilisé notamment dans des savons, dans la crème glacée (pour améliorer sa texture) et dans le vaccin contre l'influenza.

Agents de conservation

Puisque plusieurs doses proviennent d’un même flacon, on ajoute des agents de conservation pour éviter une contamination microbienne et ainsi rendre le vaccin plus sécuritaire.

  • acide éthylènediaminetétracétique (EDTA)

  • éthanol (un vaccin contient moins de 0,005 % d'éthanol. En comparaison, une bière à 5 % d’alcool en contient 1000 fois plus)

L'EDTA est l'un des agents de conservation les plus couramment utilisés dans le monde. On en trouve notamment dans les cornichons, la mayonnaise, les vinaigrettes et les boissons gazeuses.

Les vaccins de Moderna et de Pfizer ne contiennent pas d'agents de conservation.

Les ingrédients actifs

Une fiole du vaccin de Moderna.

À température ambiante, une fiole du vaccin de Moderna reste stable pendant 12 heures si elle est fermée, et seulement 6 heures, si elle est ouverte.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Les vaccins à vecteur viral (AstraZeneca et Johnson & Johnson) contiennent une version affaiblie d’un virus inoffensif pour l’humain dans lequel on a introduit une partie du matériel génétique du virus. Ce vecteur viral entre dans nos cellules et favorise la production de la protéine S. Notre système immunitaire reconnaît ensuite cette protéine comme étant étrangère et produit des lymphocytes pour la neutraliser.

Les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna emploient la technologie de l’ARN messager. Ils contiennent une portion de l’ARN (acide ribonucléique) du virus. Cette molécule est en quelque sorte un guide pour le corps afin qu’il fabrique ce dont il a besoin pour combattre le virus.

Les vaccins à ARNm ne contiennent pas le virus; ils ne peuvent donc pas donner la COVID-19.

Et, contrairement à de fausses informations qui circulent sur les réseaux sociaux, une personne qui est vaccinée ne peut pas excréter le virus (en anglais, on parle de shedding) et contaminer une personne à proximité. Seule une personne infectée par la COVID-19 peut en infecter une autre.

De plus, ces vaccins n’altèrent pas notre ADN.