Le gouvernement du Canada reconnaît avoir ralenti le processus d’immigration

  
Selon les informations obtenues par Radio-Canada, le gouvernement fédéral du Canada à Ottawa a avoué avoir volontairement ralenti le processus d’immigration vers le pays. En effet, le cabinet du ministre fédéral de l’Immigration a confié qu’une pause a été mise en place en 2019 pour l’analyse des nouveaux dossiers.

Quelle est la raison de cette pause? Il semblerait qu’un inventaire important de demandes d’immigration serait la cause de cet arrêt momentané.

« En 2019, dans un souci de saine gestion, [le ministère] a priorisé l’inventaire des demandes existantes avant de traiter les nouvelles demandes. » Alex Cohen, porte-parole du ministre Marco Mendicino.

Les impacts de cette pause ont été particulièrement importants pour les candidats se dirigeant vers le Québec. En effet, après avoir déjà attendu plusieurs mois pour être sélectionnés par le gouvernement québécois, les travailleurs qualifiés doivent maintenant patienter 27 mois pour obtenir leur résidence permanente (RP), alors que l’attente était de 19 mois au début de 2019. On sait que maintenant l’attente pour les candidats du reste du Canada est de 6 mois.

« Quoi qu’il en soit, nous avons continué à accepter les demandes et il n’y a pas eu de moratoire. En 2019, le premier examen des nouvelles demandes, pour vérifier qu’elles sont complètes, a été temporairement suspendu afin de se concentrer sur le traitement de l’inventaire existant de demandes« , précise Alex Cohen.

Ainsi selon ces informations obtenues, près d’une année a été nécessaire à Ottawa avant de reprendre le traitement de ces milliers de dossiers, laissant des milliers de potentiels candidats dans l’ignorance et l’incertitude.

Ce n’est qu’à partir de l’automne 2020 que le ministère canadien de l’immigration a commencé à envoyer des accusés de réception provisoires.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) du Canada réclame des excuses pour tous les candidats à l’immigration qui ont été dans l’angoisse et l’ignorance tous ces mois.

La ministre québécoise de l’immigration, Nadine Girault, a déjà spécifié avoir demandé à Ottawa de prioriser les demandes provenant des travailleurs qualifiés déjà au Québec.

Source: Radio-Canada