Le journaliste Olivier Dubois kidnappé au Mali

  
Dans une vidéo circulant ce mercredi 5 mai sur les réseaux sociaux, le journaliste français Olivier Dubois assure avoir été enlevé au Mali.

Le reporter de 46 ans, qui s'exprime face caméra pendant une vingtaine de secondes, explique avoir été kidnappé le 8 avril dernier à Gao, dans le nord du Mali, par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, ou Jnim en arabe), principale alliance jihadiste au Sahel dirigée par le Malien Iyad Ag Ghaly, et affiliée à al-Qaida.

Vêtu d'un costume traditionnel de couleur claire, assis sur le sol dans ce qui semble être une tente, il s'adresse à sa famille, à ses amis et aux autorités françaises «pour qu'elles fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour [le] faire libérer».

Si l'origine de la vidéo n'a pas été authentifié, un responsable du ministère des Affaires étrangères à Paris a confirmé à l'AFP la «disparition» du journaliste. «Nous sommes en contact avec sa famille ainsi qu'avec les autorités maliennes. Nous procédons aux vérifications techniques d’usage», a-t-il fait savoir.

Un journaliste «aguerri»

Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières, a expliqué sur Twitter qu'il avait été mis au courant de cette disparition deux jours après les faits, et qu'il avait pris la décision, avec les rédactions qui emploient Olivier Dubois, «de ne pas rendre publique cette prise d’otage, afin de ne pas entraver une éventuelle issue positive rapide».

Appelant les autorités françaises et maliennes à faire «leur possible pour sa libération», il a ajouté que le journaliste était «aguerri» et «connaissait bien cette région très dangereuse», pour y travailler régulièrement, notamment pour Le Point Afrique et Libération.

Depuis 2012, le Mali fait face à une poussée jihadiste, qui a plongé le pays dans une crise sécuritaire. Le pays peut compter sur la présence de l'armée française depuis 2013.

Par CNEWS