Le plus gros iceberg du monde s'est détaché de l'Antarctique

 Le plus gros iceberg du monde s'est détaché de l'Antarctique 
Un iceberg, grand comme la moitié de la Corse, s'est détaché de la banquise en Antarctique, selon des images d'un satellite du programme européen Copernicus publiées mercredi. Il s'agit du plus gros iceberg jamais observé.

Il fait la taille de la moitié de la Corse et il s'est détaché de la banquise de l'Antarctique. L'iceberg le plus du monde a été repéré mercredi selon des images d'un satellite du programme européen Copernicus, a annoncé l'Agence spatiale européenne. Ce morceau de glace gigantesque, baptisé A-76, fait environ 170km de long sur 25 km de large, pour une surface totale de 4.320 km2. Il s'est détaché dans la mer de Weddell de la banquise de Ronne. 

L'iceberg A-76, plus gros morceau de glace jamais observé, s'est détaché de la banquise en Antarctique
L'iceberg A-76, plus gros morceau de glace jamais observé, s'est détaché de la banquise en Antarctique © AFP - EUROPEAN SPACE AGENCY

Il a été initialement repéré par le British Antarctic Survey, un organisme de recherche britannique sur les zones polaires qui possède une base non loin. Jusqu'à présent, le plus gros iceberg observé était le A-23A, 3.380 km2 qui dérivait lui aussi dans la mer de Weddell. Les images du nouveau bloc de glace A-76 ont été prises par le satellite Sentinel-1 dans le cadre du programme européen d'observation de la Terre Copernicus. La station polaire britannique située sur la banquise de Brunt, toujours sur la mer de Weddell, avait déjà été le témoin en février dernier de la rupture d'un iceberg de 1.270 km2. 

Un phénomène qui joue sur le niveau d'élévation de la mer

Invité de franceinfo ce jeudi, le climatologue Jean Jouzel a indiqué que "chaque année, l'Antarctique perd presque 200 milliards de tonnes de glace. Un milliard de tonnes représente à peu près un kilomètre cube. Ce sont des choses très importantes". Selon lui, ces gigantesques iceberg ne jouent pas directement un rôle sur le niveau d'élévation de la mer. "Ce qui nous inquiète c'est ces plateformes de glace freinent l'écoulement des glaciers qui viennent de l'Antarctique. Si elle s'amincissent s'affaiblissent, cela facilite l'écoulement des glace continentales vers l'océan et dans ce cas-là cela accélère l'élévation du niveau de la mer" explique le climatologue. 

Jean Jouzel indique que ce niveau d'élévation est largement dû "pour les deux tiers soit 4mm chaque année, à la fonte des glaces" mais précise que "l'Antarctique continentale joue pour un tiers". "Donc la compréhension de ce phénomène est essentielle pour prévoir l'élévation de la mer" conclut-il.