Stéphane Bancel est celui qui a le plus tiré son épingle du jeu. Il a aujourd'hui 4,3 milliards de dollars (environ 3,5 milliards d'euros) en poche, selon les données communiquées par Forbes en avril 2021. Le Français doit sa fortune à son poste de PDG de Moderna Therapeutics, société de biotechnologie à l'origine du vaccin Moderna. Un vaccin qui s'est avéré être une mine d'or, puisque le cofondateur de Moderna, l'Américain Noubar Afeyan (1,9 milliard de dollars), et les principaux investisseurs, ses compatriotes Timothy Springer (2,2 milliards de dollars) et Robert Langer (1,6 milliard de dollars), sont eux aussi devenus milliardaires pendant la crise sanitaire. Quant à l'Espagnol Juan Lopez Belmonte (1,8 milliard de dollars), il a fait fortune grâce à sa société ROVI, qui est chargée de fabriquer et d'assurer le packaging du vaccin Moderna. 

La deuxième place du classement est occupée par Ugur Sahin (4 milliards de dollars). Ce professeur d'université allemand est connu pour être le PDG de BioNTech, qui a produit un vaccin contre le Covid-19 en collaboration avec le laboratoire Pfizer.

Enfin, Zhu Thao (1,3 milliard de dollars), Qiu Dongxu (1,2 milliard de dollars) et Mao Huinhoa (1 milliard de dollars), sont les cofondateurs de CanSino Biologics, société chinoise créatrice d'un vaccin utilisé en Chine, au Mexique ou au Chili. 

Outre ces nouveaux milliardaires, huit grandes figures des laboratoires pharmaceutiques ont vu leur fortune encore augmenter pendant la crise sanitaire. C'est par exemple le cas de Tse Ping, directeur exécutif de Sinopharm. Sa fortune est passée de 7,3 milliards de dollars en 2020 à 8,9 milliards un an plus tard. 

Ces enrichissements sont jugés excessifs par The People's Vaccine. «Ces vaccins ont été financés par les efforts des contribuables», souligne Heidi Chow, de Global Justice Now. «C'est injuste que quelques personnes empochent des milliards alors que des pays entiers affrontent des secondes vagues et des troisièmes vagues sans protection.»