Covid-19. L’Australie ferme la porte à ses citoyens revenant d’Inde, mais ne les emprisonnera pas

Le Premier ministre australien Scott Morrison ici le 11 avril 2021 à Sydney. 
L’Australie avait mis en garde samedi ses concitoyens revenant d’Inde via des vols avec escale qu’ils risquaient cinq ans de prison. Le Premier ministre australien Scott Morrison a rétropédalé ce mardi 4 mai sur la menace d’emprisonnement mais a maintenu sa décision d’empêcher les retours d’Inde.

Le Premier ministre australien est revenu ce mardi 4 mai sur sa menace d’emprisonner les Australiens qui tenteraient de fuir l’Inde, ravagée par la pandémie. « Je pense que la probabilité que cela se produise est proche de zéro », a déclaré Scott Morrison à l’occasion d’une campagne médiatique.

Le gouvernement de Scott Morrison avait décidé fin avril de suspendre jusqu’au 15 mai les vols en provenance d’Inde alors que la pandémie de Covid-19 dans ce pays d’Asie du Sud a atteint un niveau de gravité sans précédent.

Suivez ici l’actualité du mardi 4 mai sur la pandémie de coronavirus

L’Australie avait en outre mis en garde samedi ses concitoyens revenant d’Inde par le truchement de vols avec escale qu’ils risquaient cinq ans de prison.

9 000 Australiens coincés en Inde

Quelque 9 000 Australiens sont en effet coincés en Inde, dont des joueurs de cricket qui participaient à la Première ligue indienne.

« Si notre gouvernement se souciait de la sécurité des Australiens, ils nous autoriseraient à rentrer à la maison. C’est une honte !!! Monsieur le Premier ministre, vous avez du sang sur les mains », a notamment twitté l’ancien joueur de cricket australien Michael Slater, coincé aux Maldives.

Morrison a réfuté avoir du « sang sur les mains ». « Il y a eu beaucoup de décisions difficiles à prendre pendant le Covid et les gens me critiqueront, moi et mon gouvernement, pour cela », a-t-il confié à la télévision Nine.

« Je ne vais pas laisser tomber l’Australie. Je protégerai nos frontières durant cette période », a-t-il insisté.

Des frontières fermées depuis mars 2020

L’Australie a fermé ses frontières à la plupart des non-Australiens en mars 2020. Toutes les personnes entrant sur son territoire doivent observer 14 jours de quarantaine, ce qui a incontestablement permis de freiner la propagation de l’épidémie.

Mais ce système a été mis à rude épreuve lorsque le virus s’est échappé des zones mises sous quarantaine et a provoqué plusieurs foyers de contagion.

Le Premier ministre conservateur doit être réélu dans les 12 prochains mois et avait tablé sur sa gestion relativement réussie de la pandémie pour remporter la victoire.

Mais la suspension des vols en provenance d’Inde et la lenteur de la vaccination pourraient compromettre ses chances.

L’Australie a administré 2,2 millions de doses de vaccin sur une population de 25 millions de personnes. 
Par Ouest-France avec AFP