Festival de Cannes : tout ce qu'il faut savoir sur cette édition de résurrection, hors des sentiers battus

Convié à présider l'édition 2020 qui n'a jamais pu avoir lieu, le réalisateur Spike Lee a tenu à revenir un an plus tard et horne toutes les affiches du festival. 
Avant même d'avoir commencé, c'est une certitude. Ce Festival de Cannes 2021 sera historique et ne ressemblera à aucun autre. Après le cataclysme du coronavirus qui avait empêché la tenue du rendez-vous des cinéphiles sur la Croisette -du jamais vu depuis le sabordage du cru 1968-, cette 74e édition a même un parfum de revanche, de victoire sur l'adversité.

Des retrouvailles en «petit comité»

Un Festival de Cannes en juillet, c'est du jamais vu. Prudents les organisateurs Pierre Lescure et Thierry Frémaux avaient prévu à l'automne 2020 trois scénarios en fonction de la reprise de la pandémie : un festival en mai comme à l'ordinaire, une manifestation en juillet ou, au pire, en septembre. Cette dernière solution aurait mis la Croisette en concurrence frontale avec la concurrente éternelle la Mostra de Venise qui n'a pas eu elle à endurer une année blanche. Finalement, c'est le recul du nombre de contaminations au covid qui a permis au festival de se tenir du 6 au 17 juillet.

Réalisateurs, producteurs et acteurs vont cohabiter et se disputer les plages avec les vacanciers et de baigneurs qui chaque année vont chercher l'oubli et la détente sur la Riviera. Difficile peut-être de trouver un logement mais pour l'économie locale sinistrée par la pandémie, le retour des festivaliers à Cannes sur le bord de la mer Méditerranée sonne comme une résurrection, même s'il n'y en aura pas 40.000 comme en 2019, mais probablement moitié moins. Les restrictions de déplacement liées au coronavirus ont découragé nombre d'habitués hollywoodiens, latino-américains, asiatiques ou russes.

Par lefigaro.fr