Il doit passer le bac mais loupe son arrêt de train : taxi et gendarmes se mobilisent pour le conduire à l'examen

Photo ER/Patrice SAUCOURT 
Un jeune Parisien, qui devait passer ses épreuves de baccalauréat à Reims, a loupé son arrêt de train. Bilan : il s'est retrouvé à Nancy. C'est alors que toute une chaîne de solidarité s'est mise en place pour conduire l'élève sur son lieu d'examen.

C'est une chaîne de solidarité incroyable qui s'est mise en place entre Paris (Ile-de-France), Nancy (Meurthe-et-Moselle) et Reims (Marne) mardi 29 juin, raconte France bleu.

Un jeune lycéen, venant de Paris, devait se rendre à Reims pour passer son baccalauréat.

Il prend alors le train pour se rendre à l'examen mais, trop occupé à réviser pour une dernière fois ses fiches de cours, il loupe l'arrêt en gare de Reims. Bilan : direction Nancy.

Un bon de taxi de 450 euros

Paniqué, il avertit les agents de la SNCF qui mettent en place un dispositif exceptionnel.

Arrivé à Nancy, le jeune homme est pris en charge par un chauffeur de taxi nancéien, grâce au bon de taxi d'une valeur de 450 euros offert par le SNCF.

Le taxi nancéien alerté sur la situation atypique sait qu'il va devoir faire au plus vite pour acheminer l'élève à Reims.

J'ai complètement oublié le code de la route, c'est un sentiment familial qui primait

"Je voyais ce gamin comme mon fils", a confié Boudriss Ben Abba, le chauffeur de taxi.

"J'ai pris la décision de passer par Bar-le-Duc, il y a une grande ligne droite à un moment, je savais que je courais un risque énorme sur cette route limitée à 80/km/h", explique-t-il.

Bilan : excès de vitesse et la sirène des gendarmes qui se met à retentir...

"J'ai complètement oublié le code de la route, c'est un sentiment familial qui primait", témoigne le chauffeur de taxi de Nancy.

Les gendarmes prennent le relais

Le véhicule est immobilisé mais les gendarmes sont informés de ce qui est en train de se jouer.

Ils prennent la décision de pendre le relais et d'escorter à vitesse grand V le lycéen pour la fin du trajet jusqu'à Reims où l'élève a pu plancher sur les sujets du baccalauréat.

Par lalsace.fr