Afghanistan : ce qu'il faut retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron

 Emmanuel Macron a annoncé que des mesures seraient prises pour lutter contre le terrorisme et l'immigration 
Une prise de parole axée sur la diplomatie. Ce lundi 16 août, Emmanuel Macron s'est exprimé sur la situation en Afghanistan, où les talibans ont pris le pouvoir ces derniers jours.

Des conséquences «majeures» 

Dès le début de sa prise de parole, le chef de l'Etat a commencé par rappeler que la capitale, Kaboul, est tombée sans résistance. Il est également revenu sur la présence militaire française en Afghanistan entre 2001 et 2014. À cet effet, il a mis en avant les «liens d'amitiés (...) anciens et profonds» avec le peuple afghan. 

Rapidement, le président a mis en avant les conséquences importantes qui pourraient intervenir dans le futur proche en raison de la victoire des talibans. L'une d'entre elles est notamment l'immigration, qui pourrait prendre une nouvelle ampleur en raison des civils qui cherchent à quitter le pays. L'autre conséquence crainte par le président est le retour de groupes terroristes islamistes sur le sol afghan.

Mesure immédiates 

À l'heure actuelle, la priorité de la présidence est de mettre à l'abri les ressortissants ou ceux qui ont aidé la France sur le terrain. Emmanuel Macron a assuré que des opérations étaient conduites pour accueillir le personnel afghan qui a travaillé avec l'armée française. «C'est notre devoir», a-t-il assuré. À cet effet notamment, 2 avions militaires et des forces spéciales doivent être envoyés sur place. 

Ensuite, une initiative commune avec le Royaume-Uni doit être dévoilée dans les «prochaines heures» concernant la lutte contre le terrorisme. «L'Afghanistan ne doit pas redevenir le sanctuaire pour le terrorisme qu'il a été», a martelé le président français. Il a notamment assuré qu'il ferait au mieux pour que les Etats-Unis, la Russie et l'Europe coopèrent.

Enfin, concernant l'immigration, une «réponse robuste et unie» doit être mise en place avec l'Allemagne et d'autres pays européens pour lutter contre les «flux irréguliers». Emmanuel Macron a promis d'accueillir ceux qui ont aidé la France, ou des personnalités qui seraient menacées par les talibans, tout en expliquant que tous ne pourraient pas venir. «L'Afghanistan aura besoin de ses forces vives», a notamment argumenté le chef de l'Etat. 

HOMMAGE et message aux talibans

Pendant son intervention, Emmanuel Macron a tenu à rendre hommage aux soldats français qui ont été déployés en Afghanistan pendant plus de dix ans. «À ceux qui ont combattu, aux familles de ceux qui sont morts ou grièvement blessés, nous n'oublierons pas nos morts, nous n'oublierons pas nos blessés», a-t-il déclaré.  

À la fin de son allocution, le président français a assuré qu'il fallait que la France continue de «défendre» les valeurs de démocratie et de liberté. Il a notamment assuré que si les talibans se dirigeaient bel et bien vers l'obscurantisme, ils feraient le «choix de l'isolement». «Le peuple afghan a le droit de vivre dans la liberté et la sécurité. Les femmes afghanes ont le droit de vivre dans la liberté et la dignité», a ainsi appuyé Emmanuel Macron. 

Par CNEWS