Chute de Kaboul: l'administration Biden sous le feu des critiques

 Chute de Kaboul: l'administration Biden sous le feu des critiques 
Essuyant de vertes critiques de la part des républicains, le secrétaire d'État américain Antony Blinken s’est dit dimanche "écœuré" par la chute de l'Afghanistan entre les mains des talibans, alors que des sources bien renseignées affirment que le président Ashraf Ghani a fui le pays.

Selon le chef de la diplomatie américaine, les États-Unis s'efforcent de faire sortir du pays tous les Américains, ainsi que les Afghans qui ont travaillé avec eux.

Accordant tour à tour des entretiens avec divers médias américains, M. Blinken a tenté de repousser les critiques selon lesquelles l’administration Biden n'était pas préparée à l'effondrement rapide des forces afghanes.

"Nous n'avons rien demandé aux talibans", s'est défendu M. Blinken sur le plateau de l'émission dominicale "State of the Union" de CNN. "Nous avons dit aux talibans que s'ils interfèrent avec notre personnel, avec nos opérations, alors que nous procédons à ce retrait, il y aura une réponse rapide et décisive", a-t-il ajouté.

Un responsable américain, s'exprimant sous couvert d'anonymat en raison de la nature sensible de la situation, a déclaré à la VOA que l'évacuation de l'ambassade des États-Unis à Kaboul était "en bonne voie".

Le responsable a également déclaré que des milliers de soldats américains supplémentaires arrivent en Afghanistan et "contrôlent fermement" à la fois la zone autour de l'ambassade et l'aéroport international Hamid Karzai, dans la périphérie de Kaboul.

Samedi, le président Joe Biden a autorisé l'envoi de 1 000 soldats supplémentaires à Kaboul pour aider à sécuriser les biens américains et à mettre en sécurité le personnel américain et les Afghans qui travaillaient pour les États-Unis.

Au total, environ 4 000 soldats américains devraient débarquer à Kaboul dans les prochains jours, renforçant ainsi une force qui n'était plus que de 650 soldats ces derniers jours.

Entre temps, les critiques fusent de la part de l’opposition républicaine.

"L'administration Biden a échoué dans l'exécution de son propre plan", a déclaré l'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo au journaliste Chris Wallace lors de l'émission hebdomadaire "Fox News Sunday". "Chaque président est confronté à des défis. Ce président [Joe Biden] a fait face au défi en Afghanistan et il a complètement échoué", a-t-il ajouté.


"Ce qui se déroule sous nos yeux est un échec colossal provoqué par l'ineptie et la faiblesse de la Maison Blanche. Les conséquences pour notre sécurité nationale se feront sentir pendant des années, voire une décennie", a tweeté le représentant Don Beacon, un républicain qui est aussi un général de brigade de l'armée de l'air à la retraite.

Article de Jeff Seldin. Traduit et adapté de l'anglais par VOA Afrique.