Des compagnies aériennes américaines serrent la vis face aux réfractaires au vaccin

 Des compagnies aériennes américaines serrent la vis face aux réfractaires au vaccin 
Aux États-Unis, les efforts en faveur de la vaccination se poursuivent. Les compagnies aériennes prennent une série de mesures pour pousser leurs employés à se faire vacciner. L’une d’elle va faire payer l’assurance maladie plus chère à ceux qui refusent…

Pour le patron de Delta Airlines, il est « temps de se faire vacciner ». Et la compagnie aérienne un trouvé un moyen de pousser ses salariés à le faire. À partir du mois de novembre, toute personne non vaccinée devra payer, chaque mois, 200 dollars en plus pour l’assurance maladie. Une contrainte qui, selon Delta, compense le risque financier que font peser sur l’entreprise les salariés non vaccinés. La compagnie précise que jusqu’ici, les hospitalisations lui coûtent 40 000 dollars à chaque fois. 

De son côté, United Airlines va plus loin. La compagnie a tout simplement décidé d’imposer la mesure à ses salariés qui devront être vaccinés d’ici fin septembre, faute de quoi, ils seront licenciés. Le patron de United explique que c’est une question de vie ou de mort. Il précise que ces derniers mois, deux à trois salariés succombent chaque semaine au coronavirus. Tous non vaccinés. 

Mais si les compagnies aériennes espèrent ainsi convaincre leurs salariés de se faire vacciner, ils ne prennent pour l’instant aucune mesure concernant les voyageurs. C’est une décision qui revient au gouvernement a expliqué le président de United.

Par  RFI