Des universités africaines lancent un réseau pour faciliter la mobilité des étudiants sur le continent

 Des universités africaines lancent un réseau pour faciliter la mobilité des étudiants sur le continent 
Dans un contexte marqué par un taux de mobilité intracontinentale faible, des universités africaines se sont unies pour faciliter les échanges entre étudiants et universitaires. Le projet qui espère s’étendre sur le continent entend à terme, créer un espace africain de l’enseignement supérieur.

Des universités et écoles d’enseignement supérieur en Afrique ont lancé un réseau visant à faciliter la mobilité académique sur le continent.

Dénommée « Réseau africain pour la mobilité scientifique des étudiants Sud-Sud (RAMSESS) », l’organisation rassemble pour l’heure huit membres, à savoir : l’Université libre de Tunis en Tunisie, la BGFI Business School  au  Gabon, l’Ecole MDI en Algérie, l’Institut supérieur de management et de l’entrepreneuriat au Cameroun, l’Université privée de Fès au Maroc, l’Ecole de droit et de sciences politiques Akadémia au Sénégal, l’Université Kofi Annan de Conakry en Guinée et l’Ecole d'architecture d'Abidjan en Côte d'Ivoire.

« Aujourd'hui, ce réseau compte huit universités africaines, près d’un millier d’enseignants et environ 15 000 étudiants tous rassemblés autour du projet RAMSESS, pour permettre aux étudiants de partager des expériences académiques, scientifiques et pédagogiques exceptionnelles », a indiqué Dr Kais Mabrouk (photo), cofondateur du RAMSESS.

Cette initiative est lancée dans un contexte où le taux de mobilité intracontinentale bien qu’en évolution reste faible. La majorité des étudiants choisissent les pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie pour leurs études. Selon l’Agence Campus France, en 2016, 21% des étudiants mobiles ont décidé de rester sur le continent, avec l’Afrique du Sud, la Tunisie, le Maroc et le Ghana comme principales destinations.

L’objectif du RAMSESS est de faciliter les échanges entre ses universités membres afin de favoriser le déplacement des étudiants, des universitaires et même du personnel administratif. Le réseau permettra aux institutions membres de proposer des cursus de double diplomation et de projets de recherche en commun. Il sera également question d’encourager l’innovation et l’entrepreneuriat auprès des jeunes étudiants. 

Pour intégrer cet espace, les universités et écoles doivent se faire parrainer par un établissement déjà membre. 

Vanessa Ngono Atangana

Par Agence Ecofin