Nouvelle entente Canada-Québec pour combler les besoins de main-d’oeuvre

 Nouvelle entente Canada-Québec pour combler les besoins de main d’oeuvre 
Les employeurs québécois ont obtenu ce qu’ils demandaient : ils pourront dorénavant embaucher jusqu’à 20 % de travailleurs étrangers temporaires.

Québec est parvenu à une entente avec Ottawa qui contient trois mesures visant à répondre aux besoins du Québec et des entreprises aux prises avec une rareté de main-d’œuvre.

Ces mesures incluent :

  • des assouplissements au Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET);
  • l’accès à un permis de travail ouvert pour certains détenteurs d’un Certificat de sélection du Québec (CSQ) en attente d’obtenir leur résidence permanente au Québec;
  • la délivrance d’un permis de travail pour les détenteurs d’un CSQ
  • à l’étranger en attente de leur résidence permanente.

Programme des travailleurs étrangers temporaires

Les employeurs québécois réclamaient depuis longtemps de pouvoir faire venir un plus grand nombre de travailleurs immigrants pour combler leurs besoins saisonniers.

L’entente conclue avec Ottawa leur permettra de doubler le nombre de travailleurs étrangers par lieu de travail. Le seuil passera ainsi de 10 % à 20 % en ce qui concerne les postes à bas salaire, dans des secteurs économiques donnés.

De plus, certaines professions peu spécialisées seront dorénavant admissibles au traitement simplifié.

Enfin, les employeurs seront exemptés des exigences d’affichage et de démonstration des efforts de recrutement préalables au Québec dans le cas de certaines professions peu ou pas spécialisées.

Jean Boulet, assis à la table de presse, parle dans un micro.

Le ministre du Travail du Québec, Jean Boulet

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

On a obtenu des assouplissements dans l'application de ce programme et on va pouvoir, du côté du milieu d'affaires, s’assurer d'accueillir plus de travailleurs étrangers temporaires et donc de répondre à des besoins spécifiques.

Une citation de :Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, à l’émission Tout un matin

Le gouvernement du Québec et la Commission des partenaires du marché du travail vont déterminer les secteurs d’activité qui pourront bénéficier de ces assouplissements.

Permis de travail ouvert transitoire et Programme de mobilité internationale

Une autre mesure annoncée concerne le permis de travail ouvert transitoire, qui sera offert aux travailleurs étrangers temporaires ayant présenté une demande de résidence permanente dans la catégorie des travailleurs qualifiés.

Ils obtiendront un permis d’une durée initiale de 24 mois, renouvelable sous certaines conditions.

Ce permis existe déjà dans d’autres provinces, mais rien de tel n’avait encore été mis en place au Québec, malgré les demandes des travailleurs et des organismes leur venant en aide.

Enfin, les deux ordres de gouvernement ont convenu de mettre en œuvre une nouvelle voie dans le cadre du Programme de mobilité internationale (PMI) pour les candidats à l’immigration qui répondent aux besoins du marché du travail québécois. Quelque 7000 travailleurs étrangers pourront bénéficier annuellement de ce programme qui leur permettra d’accélérer leur arrivée au Québec afin d’y occuper un emploi vacant.

Ce sont des améliorations qui s’inscrivent dans nos efforts pour arrimer le système d’immigration du Québec aux besoins du marché du travail.

Une citation de :Nadine Girault, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration

Par cette nouvelle entente, le gouvernement soutient répondre aux besoins de main-d’œuvre dans certains secteurs clés de l’économie du Québec.

Par Radio Canada