Textile : deux usines de la Cicam à l’arrêt, après des pertes cumulées de 13,4 milliards de FCFA entre 2018 et 2020

 Textile : deux usines de la Cicam à l’arrêt, après des pertes cumulées de 13,4 milliards de FCFA entre 2018 et 2020 - Investir au Cameroun 
Les turbines des deux usines de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam) à Douala, la capitale économique du pays, ne tournent plus depuis le 21 juillet 2021. Les deux unités, respectivement spécialisées dans la production des tissus imprimés (pagnes) et des serviettes, sont à l’arrêt depuis cette date, en raison de la suspension de l’approvisionnement en énergie, apprend-on de sources internes à l’entreprise.

En effet, Gaz du Cameroun (GDC), filiale locale du Britannique Victoria Oil & Gas (VOG), qui exploite le champ gazier de Logbaba, a suspendu les livraisons de gaz à la Cicam, à cause des impayés de 630 millions de FCFA. Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité, accumule également auprès de cette entreprise publique des factures de plus d’un milliard de FCFA. « Il sera difficile de payer les salaires dans le contexte actuel », fait observer un cadre de la Cicam, commentant les implications de cet arrêt des activités dans les usines de Douala.

Ce nouvel épisode renseigne sur la gravité des problèmes de la Cicam. En effet, en dépit de la signature, en 2015, d’un contrat-plan de 13,2 milliards de FCFA avec l’État, son unique actionnaire, cette entreprise publique peine à sortir de la zone de turbulence dans laquelle elle se trouve depuis des années. Une situation consécutive notamment à l’invasion du marché local du textile par les importations et les produits de contrebande.

De fait, alors qu’elle était encore le fleuron de l’industrie textile dans la zone Cemac (Cameroun, Gabon, Congo, Tchad, Guinée équatoriale et RCA) il y a encore quelques années, la Cicam ne contrôle désormais plus qu’à peine 5% du marché local. La faute aux tissus en provenance de la Chine et des pays de l’Afrique de l’Ouest, notamment du Nigeria.

Cette rude concurrence des tissus chinois et ouest-africains, parfois importés en contrebande, a eu d’importantes conséquences sur les finances de la Cicam. Selon les états financiers officiels, cette société d’État affiche des pertes cumulées de 13,4 milliards de FCFA sur la période 2018-2020, avec un pic de 5,3 milliards de FCFA pour la seule année 2018. Son chiffre d’affaires est quant à lui passé de 13,2 milliards de FCFA en 2018 à seulement 9,9 milliards de FCFA en 2019, avant de chuter à 7,3 milliards de FCFA en 2020, soit une baisse de pratiquement 50% par rapport à l’exercice 2018.

Brice R. Mbodiam

Par Investir au Cameroun