Emigration : des étudiants nigérians accumulent les diplômes pour rester en Europe

 Modupe Osunkoya 
Après plus de 200 candidatures infructueuses uniquement sur LinkedIn, l'étudiante nigériane Modupe Osunkoya savait que le temps lui manquait pour prolonger son séjour en Belgique.

Avec trois mois restants sur son visa d'étudiant, elle devait trouver un emploi ou alors quitter le pays.

Mais il y avait une autre option - s'inscrire pour un autre cycle, qui la mènerait à son troisième diplôme depuis son départ du Nigéria en 2017.

"Je ne me suis jamais vu faire un doctorat mais si je rentre chez moi maintenant, il n'y a pas de travail qui m'attend", a déclaré la jeune femmede 28 ans à la BBC.

Un taux de chômage élevé - un jeune sur trois est sans travail - et des conditions de vie relativement médiocres signifient que bon nombre des Nigérians les plus brillants préfèrent tenter leur chance à l'étranger plutôt que de rentrer chez eux.

Ainsi, l'année dernière, Modupe Osunkoya s'est inscrite à un doctorat en Estonie, qui se déroule parallèlement à son deuxième master en Belgique.

Elle s'est installée en Estonie après n'avoir reçu aucune offre d'emploi ou de doctorat en Belgique.

"Les études sont [un] moyen d'atteindre mes objectifs, et si Dieu me donne la résidence permanente, pourquoi pas ?", dit-elle.

Son doctorat à l'Université de technologie de Tallinn est une position rémunérée. À la fin des quatre années de recherche, elle peut demander la résidence permanente.

Elle envisage de s'installer dans le pays d'Europe de l'Est pour les cours, qui, comme en Belgique, sont dispensés en anglais.

Les diplômés universitaires ont de plus en plus de mal à trouver du travail au Nigeria

Modupe Osunkoya, comme nombreux autres étudiants, n'est pas issue de l'élite super riche qui envoient leurs enfants étudier à l'étranger.

L'année dernière, environ 100 000 Nigérians se sont installés à l'étranger pour étudier, selon ICEF Monitor, qui se concentre sur la mobilité internationale des étudiants.

Beaucoup espèrent devenir résidents permanents de leur pays d'accueil et considèrent toutes les options pour y arriver.

Études sur Afrique - en Belgique

Une autre étudiante nigériane en Belgique, Bonuola, qui ne souhaitait pas que son nom de famille soit cité, a déclaré : "Les gens terminent une maîtrise, retournent faire un diplôme supérieur en dessous de leur niveau académique, puis un certificat bon marché, le tout dans le but de rester légalement dans le système."

Malgré l'obtention d'un diplôme en économie au Nigeria, elle a décidé de repartir de zéro à son arrivée en Belgique, en terminant un cursus de trois ans en gestion d'entreprise - pour gagner du temps - puis un master en gestion de deux ans.

Elle n'exclut pas la possibilité d'un deuxième master et d'un doctorat si elle ne parvient pas à trouver un travail lui permettant d'obtenir un visa permanent.

"Je suis une Africaine qui fait des études sur l'Afrique en Belgique et ça me rend folle", a déclaré une troisième étudiante, Ifeoma, (nom d'emprunt) qui poursuit actuellement son deuxième master depuis son arrivée dans le pays en 2019.

"Cela n'a rien de sérieux, c'est juste pour tuer le temps [pendant que je] décide quoi faire", a-t-elle ajouté.

La Belgique a une histoire controversée en tant que puissance coloniale en Afrique

Des frais de scolarité aussi bas que 1 000 euros par an et le coût de la vie relativement bas pour les étudiants en Belgique, par rapport à certains autres pays européens, en ont fait une destination attrayante pour de nombreux Nigérians issus de milieux à revenu moyen.

"Les frais de subsistance sont faibles - vous pouvez obtenir un logement pour 300 euros par mois", a déclaré Mme Osunkoya.

Comme beaucoup d'autres, elle a quitté la maison avec seulement un semestre de frais de scolarité payés et assez d'argent de poche pour tenir quelques semaines. Elle a financé ses études en travaillant jusqu'à 20 heures par semaine, comme elle est légalement autorisée à le faire, gagnant jusqu'à 1 000 euros par mois.

Mais la destination préférée des étudiants issus de familles financièrement aisées reste les pays anglophones comme le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis, où il y a plus de 13 000 étudiants nigérians.

On préfère le Canada au Royaume-Uni

L'intérêt des étudiants nigérians au Royaume-Uni est en baisse, passant de 18 020 en 2013/14 à 10 540 en 2017/18, soit une baisse de 41 %, selon ICEF Monitor.

L'une des raisons de cette chute était la suppression d'un visa qui permettait aux étudiants étrangers de travailler pendant deux ans après avoir terminé leurs études.

Cela, ainsi que des frais de scolarité moins chers, des processus de visa moins stressants et des voies plus claires vers le travail de troisième cycle et la résidence, ont fait du Canada une destination plus attrayante pour de nombreux étudiants.

Mais le gouvernement britannique a depuis inversé sa politique, espérant récupérer sa part du marché mondial lucratif de l'éducation.

Certains étudiants étudient au Nigeria avant de partir à l'étranger pour poursuivre leurs études

Comme la plupart des étrangers, les étudiants nigérians paient généralement plus de trois fois les frais payés par les étudiants britanniques ou ceux des pays de l'

Mais il peut être difficile pour les Nigérians d'obtenir des emplois non manuels au Royaume-Uni, et encore plus dans des endroits comme la Belgique dans des langues qu'ils ne parlent pas.

Le flamand, le français et l'allemand sont les langues officielles de la Belgique et la plupart des employeurs veulent des candidats qui en parlent au moins deux.

Comme la plupart des autres étudiants nigérians, Modupe Osunkoya ne maîtrise que l'anglais, bien qu'elle ait une connaissance de base du flamand.

"Même si vous avez un visa post-études, vous serez en compétition pour des emplois avec des locaux qui parlent mieux les langues que vous", a-t-elle déclaré.

Certains étudiants se plaignent également de préjugés raciaux, tandis que d'autres disent qu'ils sont devenus surqualifiés et pourtant n'ont aucune expérience de travail.

La semaine dernière, la Belgique a révisé sa politique d'immigration pour permettre aux étudiants de rester jusqu'à un an avec leur visa temporaire pour chercher un emploi.

Mais Bonuola dit qu'elle n'acceptera pas cette option, car une fois inscrite, elle ne pourrait plus retourner à l'école pour obtenir d'autres diplômes si elle ne trouve pas d'emploi.

"C'est comme être pris entre le marteau et l'enclume", a-t-elle déclaré.

Par BBC Afrique