La Corée du Nord a effectué des tirs d’essai d’un nouveau missile de croisière longue portée

 Ces missiles représentent «une importance stratégique» pour les autorités nord-coréennes.  
La Corée du Nord a effectué des tirs réussis d’un nouveau missile de croisière longue portée, selon les annonces des médias d’Etat. Des annonces qui inquiètent les pays voisins, notamment la Corée du Sud et le Japon, mais aussi les Etats-Unis.

Selon les précisions de l’agence de presse officielle KCNA, les missiles ont pu parcourir environ 1.500 kilomètres avant de plonger dans les eaux territoriales lors des essais effectués samedi et dimanche. Ils représentent «une importance stratégique car ils permettent de disposer d'un autre moyen de dissuasion efficace pour garantir de manière plus fiable la sécurité de notre Etat et contenir fortement les manœuvres militaires des forces hostiles», selon le communiqué de KCNA, rapporte Reuters.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a interdit à la Corée du Nord d’effectuer des tests de missiles balistiques, mais pas spécifiquement de missiles de croisière comme ceux lancés ce week-end. Les missiles balistiques sont considérés comme plus dangereux car peuvent transporter des charges explosives plus importantes et ont une portée beaucoup plus longue. Cependant, selon l’expert en armement nucléaire Jeffrey Lewis, chercheur au Monterey Institute of International Studies, ces missiles de croisière peuvent être tout aussi menaçants car, comme ils volent moins haut, ils peuvent aisément contourner les radars de défense antimissiles.

Craintes du Japon et des Etats-Unis

Les Etats-Unis craignent que la Corée du Nord ne réussisse à miniaturiser les têtes d’ogives nucléaires, de telle manière qu’elles puissent être transportées par des missiles de croisières. «Cette activité souligne le développement continu par la Corée du Nord de son programme nucléaire et les menaces que cela fait peser sur ses voisins et la communauté internationale», a réagi le Pentagone dans un communiqué.

De son côté, la Corée du Sud, d’habitude première à détecter les tirs de missiles de Pyongyang, n’a pas confirmé ces informations : «nos militaires mènent une analyse détaillée, en coopération étroite avec le renseignement sud-coréen et américain», a-t-elle simplement déclaré.

Le porte-parole du gouvernement japonais a quant à lui affirmé que le Japon était «très préoccupé» par ces nouveaux tirs de missiles, qui pourraient potentiellement atteindre l’archipel. Un missile d’une telle portée «présenterait une menace pour la paix et la sécurité du Japon et de la région alentour», selon le gouvernement nippon. 

Après l’échec du sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump en 2019 à Hanoï, les négociations sur l’abandon du programme nucléaire nord-coréen sont au point mort. Si le président Joe Biden a exprimé à plusieurs reprises sa volonté de discuter avec Pyongyang, la Corée du Nord ne s’est jamais montrée prête à laisser ses ambitions nucléaires de côté. 

Par CNEWS