Pourquoi certains retraités au Japon veulent-ils aller en prison ?

 Un détenu japonais en prison. 
Le Japon est confronté à une vague de crimes perpétrés par des personnes âgées. La proportion de crimes commis par des personnes de plus de 65 ans n'a cessé d'augmenter au cours des 20 dernières années. Ed Butler, de la BBC, a enquêté sur les raisons de cette situation.

Nous sommes à Hiroshima, dans une maison de transition pour les délinquants qui sont sur le point de sortir de prison et donc de se réinsérer dans la communauté.

Là, Toshio Takata, 69 ans, explique qu'il a enfreint la loi parce qu'il était pauvre. Il voulait un endroit où vivre gratuitement, même s'il était derrière les barreaux.

"J'ai atteint l'âge de la retraite et je n'ai plus d'argent. J'ai donc pensé que je pourrais peut-être vivre en prison gratuitement", dit Takata.

J'ai pris un vélo, je l'ai emmené au poste de police et j'ai dit à l'homme qui s'y trouvait : "Regardez, j'ai volé ça", poursuit-il.

Le plan a fonctionné. C'était le premier crime de Takata, et il l'a commis à l'âge de 62 ans. Les tribunaux japonais traitent le vol à l'étalage avec sérieux, c'est pourquoi il a été condamné à un an de prison.

Petit, mince et avec une tendance à rire, Takata ne ressemble pas du tout à un criminel ordinaire, encore moins à quelqu'un capable de menacer un groupe de femmes avec un couteau.

Mais après avoir été libéré de sa première peine, c'est exactement ce qu'il a fait.

"Je suis allé dans un parc et je les ai menacés. Je n'avais pas l'intention de leur faire du mal. Je leur ai juste montré le couteau en espérant que l'une d'entre elles appellerait la police. Et c'est ce qui s'est passé", explique Takata.

Toshio Takata
Légende image,

Toshio Takata fait accrocher ses dessins dans sa cellule.

Au total, Takata a passé la moitié des huit dernières années en prison.

Je lui demande s'il aime être en prison. Il me fait voir qu'il a un revenu supplémentaire : il continue à recevoir sa pension même s'il est à l'intérieur.

"Ce n'est pas que j'aime ça, mais je peux être là gratuitement", dit-il. "Et quand je sors, j'ai un peu d'argent de côté. Ce n'est donc pas si mal.

Une tendance à la hausse

Takata est un exemple d'une tendance frappante de la criminalité japonaise. Dans une société remarquablement respectueuse des lois, une proportion croissante de crimes est commise par des personnes de plus de 65 ans.

En 1997, ce groupe d'âge représentait environ une condamnation sur 20, mais 20 ans plus tard, ce chiffre est passé à plus d'une condamnation sur cinq, un taux qui dépasse de loin la croissance des plus de 65 ans en proportion de la population (bien qu'ils représentent maintenant plus d'un quart du total).

Comme Takata, beaucoup de ces délinquants âgés sont des récidivistes. Sur les 2 500 personnes de plus de 65 ans condamnées en 2016, plus d'un tiers avaient plus de cinq condamnations antérieures.

Légende vidéo,

Japon : pénurie de Ninjas

Un autre exemple est celui de Keiko (pas son vrai nom). Soixante-dix ans, petite et belle, elle me dit aussi que la pauvreté a été sa perte.

"Je n'arrivais pas à m'entendre avec mon mari. Je n'avais nulle part où vivre et nulle part où loger. Le vol est donc devenu ma seule option", explique-t-elle. "Même les femmes de 80 ans qui ne peuvent même pas marcher commettent des crimes. C'est parce qu'ils n'ont pas de nourriture et pas d'argent", raconte-t-elle.

Nous avons parlé à Keiko il y a quelques mois au foyer d'un ancien détenu. On nous a dit qu'elle a depuis été arrêtée à nouveau et qu'elle purge actuellement une peine de prison pour vol à l'étalage.

Le crime le plus courant

Un gardien dans une prison au Japon.
Légende image,

La récidive est une façon de retourner en prison, où les prisonniers reçoivent trois repas gratuits par jour.

Le vol, principalement dans les magasins, est de loin le crime le plus commis par les personnes âgées. Ils volent principalement des produits alimentaires d'une valeur inférieure à 13 473 FCFA (3 000 yens, soit environ 25 dollars américains) dans les magasins qu'ils fréquentent régulièrement.

Michael Newman, un démographe né en Australie et travaillant pour le Custom Products Research Group, basé à Tokyo, affirme qu'il est très difficile de vivre avec la pension de base "dérisoire" du Japon.

Dans un rapport publié en 2016, Newman a calculé que sur les seuls coûts du loyer, de la nourriture et des soins médicaux, les bénéficiaires de pension se retrouvent endettés s'ils n'ont pas d'autres revenus. Et ce, avant de payer le chauffage ou les vêtements.

Autrefois, il était courant que les enfants s'occupent de leurs parents, mais dans les provinces, le manque de perspectives économiques a conduit de nombreux jeunes à déménager, laissant les parents se débrouiller seuls.

"Les retraités ne veulent pas être un fardeau pour leurs enfants. S'ils ne peuvent pas survivre avec leur pension, ils pensent que la seule façon de ne pas être un fardeau est de se faire jeter en prison", explique M. Newman.

La récidive est une façon de "retourner en prison", où il y a trois repas par jour et pas de factures, dit-il.

Newman note que le suicide est également de plus en plus fréquent chez les personnes âgées. C'est une autre façon de remplir ce que certains considèrent comme "leur devoir de retraite".

Légende vidéo,

6 morts et un million de déplacés après le passage d'un terrible typhon au Japon

La solitude, une autre cause

Le directeur de With Hiroshima, le centre de transition où j'ai rencontré Toshio Takata, pense également que les changements dans les familles japonaises ont contribué à la vague de criminalité chez les personnes âgées, mais il insiste sur les conséquences psychologiques de ces changements, et non sur les conséquences financières.

"La relation entre les gens a changé. Les gens sont plus isolés. Ils ne peuvent pas trouver leur place dans cette société. Ils ne supportent pas la solitude", dit Kanichi Yamada, 85 ans, qui a été tiré des décombres de sa maison après le largage de la bombe atomique sur Hiroshima quand il était enfant.

Kanichi Yamada
Légende image,

"Les gens sont plus isolés. Ils ne peuvent pas trouver leur place dans cette société. Ils ne supportent pas la solitude", dit Kanichi Yamada, 85 ans.

Presentational white space

"Parmi les personnes âgées qui commettent des crimes, beaucoup ont vécu un tournant au milieu de leur vie. Il y a un déclencheur. Ils perdent un conjoint, ou un enfant, et ils ne peuvent pas faire face à cette situation.... En général, les gens ne commettent pas de crimes si quelqu'un s'occupe d'eux et les aide", ajoute M. Yamada.

L'explication de Takata pour se tourner vers la criminalité en raison de la pauvreté n'est qu'une "excuse", suggère Yamada. La solitude est au cœur de leur problème. Et un facteur qui peut conduire à la récidive, spécule-t-il, est le fait de savoir qu'en prison ils ont de la compagnie.

Il est vrai que Takata est seul au monde. Ses parents sont morts, et il a perdu le contact avec ses deux frères aînés, qui ne répondent pas à ses appels téléphoniques. Il a également perdu le contact avec ses deux ex-femmes et ses trois enfants.

Légende vidéo,

Pourquoi tant de bateaux fantômes nord-coréens viennent s'échouer au large du Japon?

Je lui demande s'il pense que les choses seraient différentes s'il avait une femme et une famille. Il dit oui.

"S'ils avaient été là pour me soutenir, je n'aurais pas fait cela", dit-il.

Michael Newman explique que le gouvernement japonais a augmenté la capacité des prisons et a recruté plus de femmes comme gardiennes de prison (le nombre de délinquantes âgées augmente particulièrement rapidement, bien qu'à partir d'un faible taux). Il ajoute également que le coût des traitements médicaux pour les personnes en prison augmente.

À tout cela, il faut ajouter d'autres changements, comme je le constate moi-même dans une prison de Fuchu, dans la banlieue de Tokyo, où près d'un tiers des détenus ont plus de 60 ans.

Dans les prisons japonaises, il y a beaucoup de défilés militaires, accompagnés de cris. Mais ici, ces exercices sont de plus en plus difficiles à réaliser.

Prisonniers dans une salle de classe d'une maison de détention japonaise.
Légende image,

Certaines prisons ont dû modifier leurs installations pour accueillir des personnes âgées.

Je vois deux détenus aux cheveux gris à l'arrière d'un peloton qui ont du mal à suivre. L'un d'eux est en béquilles.

"Nous avons dû moderniser les installations", explique Masatsugu Yazawa, le responsable de l'éducation de la prison. "Nous avons mis en place des rampes et des toilettes spéciales. Il existe des cours pour les délinquants âgés.

Il m'emmène voir un de ces cours, qui commence par une version karaoké d'une chanson populaire, The Reason I was Born, sur le sens de la vie. Ils encouragent les détenus à chanter avec eux. Certains semblent assez émus.

"Nous chantons pour leur montrer que la vraie vie est en dehors de la prison, que le bonheur est là", dit Yazawa. "Mais beaucoup pensent encore que la vie en prison est meilleure, et ils reviennent."

Michael Newman affirme qu'il serait bien mieux, et bien moins cher, de s'occuper des personnes âgées sans les coûts des procédures judiciaires et de l'incarcération.

"En fait, dans notre entreprise, nous avons payé un modèle pour la construction d'un complexe pour les retraités, où ils donneraient la moitié de leur pension mais recevraient en échange nourriture, logement et soins médicaux. Ils pouvaient chanter au karaoké ou jouer au "gate-ball" (un jeu japonais) avec les autres résidents et jouissaient d'une relative liberté. Cela coûterait beaucoup moins cher que ce que le gouvernement dépense actuellement", déclare M. Newman.

Mais il suggère également que la tendance des tribunaux japonais à imposer des peines de prison pour vol à l'étalage "est un peu étrange, en termes de peine qui correspond vraiment au crime.

Toshio Takata
Légende image,

Toshio Takata ne ressemble pas du tout à un criminel ordinaire, et encore moins à quelqu'un capable de menacer un groupe de femmes avec un couteau. Mais après avoir purgé sa première peine, c'est exactement ce qu'il a fait.

"Le vol d'un sandwich de moins de 1000 FCFA (200 yens, soit moins de 2 dollars US) pourrait entraîner une facture de plus de 400 millions FCFA (8,4 millions de yens, soit plus de 750 000 dollars US) pour une peine de deux ans", écrit-il dans son rapport de 2016.

Cela peut sembler un exemple hypothétique, mais j'ai rencontré en prison un homme âgé qui a vécu une expérience presque identique. Il avait été condamné à deux ans de prison pour son deuxième délit : le vol d'un bocal de poivrons d'une valeur de 3 dollars.

Morio Mochizuki, qui gère la sécurité de quelque 3 000 points de vente au Japon, affirme que les tribunaux sont de plus en plus sévères à l'égard des voleurs à l'étalage.

Légende vidéo,

La dernière provocation nord-coréenne. Un tir de missile balistique au-dessus du Japon.

Même s'ils ne volent qu'un morceau de pain", explique Masayuki Sho, du service pénitentiaire japonais, "il a été décidé au tribunal qu'il était approprié qu'ils aillent en prison. Nous devons donc leur apprendre la voie : comment vivre en société sans commettre de crimes.

Je ne sais pas si l'administration pénitentiaire a donné cette leçon à Toshio Takata, mais quand je lui demande s'il prépare déjà son prochain crime, il m'assure que non.

"Non, ça suffit", dit Takata.

"Je ne veux pas recommencer. J'aurai bientôt 70 ans, je serai vieux et faible la prochaine fois. Je ne le ferai plus", conclut-il.

Par BBC Afrique