Crise des sous-marins. Les négociations commerciales entre l'UE et l'Australie interrompues

L'UE est le troisième plus grand partenaire commercial de l'Australie.  
Conséquence de la crise des sous-marins, des négociations sur un possible accord de libre-échange (ALE) entre l'Australie et l'Union européenne ont été reportées.

Des négociations, prévues de longue date, sur un possible accord de libre-échange (ALE) entre l'Australie et l'Union européenne ont été reportées, a déclaré vendredi un responsable européen, après la fureur suscitée par la décision de Canberra d'annuler un important contrat de sous-marins français.   

« Le cycle commercial de l'ALE a été reporté d'un mois jusqu'en novembre », a déclaré à l'AFP un responsable de l'UE à Canberra, jetant le doute sur l'avenir de ce pacte de grande envergure. Le ministre australien du commerce, Dan Tehan, qui devait se rendre en Europe pour les négociations, a minimisé la décision dans une déclaration à l'AFP.

12e cycle de négociations

« Nous comprenons la réaction de la France à notre décision concernant les sous-marins, mais en fin de compte, toute nation doit agir dans son intérêt national - ce qu'a fait l'Australie », a-t-il déclaré. M. Tehan a indiqué qu'il prévoyait de rencontrer le commissaire européen au commerce Valdis Dombrovskis la semaine prochaine.

« Nous continuerons à nous préparer pour le 12e cycle de négociations et à travailler à la conclusion d'un accord de libre-échange qui soit dans l'intérêt de l'Australie et de l'UE », a-t-il déclaré.

Le mois dernier, l'Australie a rompu sans avertissement le contrat portant sur l'achat de douze sous-marins français à propulsion conventionnelle pour une valeur de 90 milliards de dollars australiens (55 milliards d'euros), choisissant d'acheter à la place des navires à propulsion nucléaire de conception américaine.

Le gouvernement français a rappelé ses ambassadeurs de Canberra et de Washington, une mesure rare pour protester contre le comportement des alliés.

L'ambassadeur de France est retourné aux États-Unis mercredi, mais rien n'indique pour l'instant que l'ambassadeur d'Australie Jean-Pierre Thebault reviendra.

Délibérément trompé

Cette décision a provoqué un conflit diplomatique majeur avec la France, qui a déclaré publiquement qu'elle ne pouvait plus faire confiance au gouvernement australien, accusant les fonctionnaires de mentir et remettant en question la poursuite de l'accord commercial.

L'ancien Premier ministre australien Malcolm Turnbull a déclaré cette semaine que son successeur avait "délibérément trompé" la France en abandonnant l'accord.

Le Premier ministre Scott Morrison "n'a pas agi de bonne foi. Il a délibérément trompé la France", a déclaré M. Turnbull devant la presse à Canberra. "La France estime avoir été trompée et humiliée, et elle l'a été. Cette trahison de la confiance va marquer nos relations avec l'Europe pendant des années", a-t-il ajouté.

L'UE est le troisième plus grand partenaire commercial de l'Australie. En 2020, les échanges de biens entre les deux économies ont été évalués à 36 milliards d'euros et à 26 milliards d'euros pour les services. Le prochain cycle de négociations devait porter sur des domaines tels que le commerce, les services, les investissements et les droits de propriété intellectuelle.

Source: Ouest-France