Facebook nuit aux enfants et affaiblit la démocratie selon une ancienne employée de la société

 Frances Haugen s'adressant à une audience du Sénat sur la sécurité sur Internet, le 5 octobre 2021. 
Une ancienne employée de Facebook a déclaré à des responsables politiques américains que les sites et les applications de l'entreprise nuisent à la santé mentale des enfants et alimentent les divisions au sein de la société.

Frances Haugen, 37 ans, ancienne chef de produit devenue lanceuse d'alerte, a vivement critiqué l'entreprise lors d'une audition au Sénat.

Facebook fait l'objet d'une surveillance croissante et de plus en plus d'appels à sa régulation.

Le fondateur Mark Zuckerberg a riposté en déclarant que les dernières accusations allaient à l'encontre des objectifs de l'entreprise.

Dans une lettre adressée au personnel, il a déclaré que nombre de ces allégations étaient "illogiques" et a souligné les efforts déployés par Facebook pour lutter contre les contenus préjudiciables.

"Nous nous soucions profondément de questions telles que la sécurité, le bien-être et la santé mentale", a-t-il déclaré dans la lettre, rendue publique sur sa page Facebook. "Il est difficile de voir une couverture qui déforme notre travail et nos motivations."

Facebook est le site de médias sociaux le plus populaire au monde. La société affirme compter 2,7 milliards d'utilisateurs actifs mensuels. Des centaines de millions de personnes utilisent également les autres produits de l'entreprise, notamment WhatsApp et Instagram.

Mais elle a été critiquée sur plusieurs fronts, qu'il s'agisse de ne pas protéger la vie privée des utilisateurs ou de ne pas faire assez pour stopper la propagation de la désinformation.

Mme Haugen a déclaré dimanche à CBS News qu'elle avait partagé un certain nombre de documents internes de Facebook avec le Wall Street Journal au cours des dernières semaines.

À partir de ces documents, le WSJ a rapporté que des recherches menées par Instagram montraient que l'application pouvait nuire à la santé mentale des filles.

Un thème que Mme Haugen a poursuivi lors de son témoignage mardi. "Les dirigeants de l'entreprise savent comment rendre Facebook et Instagram plus sûrs, mais ne feront pas les changements nécessaires parce qu'ils ont fait passer leurs profits astronomiques avant les gens", a-t-elle déclaré.

Elle a reproché à Mark Zuckerberg d'avoir un contrôle étendu, affirmant qu'il n'y a "personne actuellement pour tenir Mark responsable, sauf lui-même."

Et elle a fait l'éloge de la panne massive des services Facebook lundi, qui a touché les utilisateurs du monde entier.

"Hier, nous avons vu Facebook retiré d'internet", a-t-elle déclaré. "Je ne sais pas pourquoi il a été mis hors service, mais je sais que pendant plus de cinq heures, Facebook n'a pas été utilisé pour approfondir les divisions, déstabiliser les démocraties et faire en sorte que les jeunes filles et les femmes se sentent mal dans leur corps."

 

La réponse, a-t-elle dit aux sénateurs, est la surveillance par le Congrès. "Nous devons agir maintenant", a-t-elle ajouté.

M. Zuckerberg, dans sa lettre, a déclaré que la recherche sur Instagram avait été mal décrite et que de nombreux jeunes avaient des expériences positives de l'utilisation de la plate-forme. Mais il a ajouté qu'"il est très important pour moi que tout ce que nous construisons soit sûr et bon pour les enfants".

Concernant la panne de lundi, il a déclaré que la préoccupation majeure n'était pas "le nombre de personnes qui se tournent vers des services concurrents ou la quantité d'argent que nous perdons, mais ce que cela signifie pour les personnes qui comptent sur nos services pour communiquer avec leurs proches, gérer leurs affaires ou soutenir leurs communautés".

Source: bbc.com